Le Département célèbre 10 ans de combat en faveur des femmes en renforçant l’arsenal de protections

Mardi 18 novembre à 9h15, Stéphane Troussel, Président du Conseil général, ouvrira la 10ème édition des Rencontres internationales Femmes du Monde en Seine-Saint-Denis à la Bourse du Travail, à Bobigny. Cet événement rassemble chaque année plusieurs centaines d’acteurs engagés autour de l’actualité de la lutte contre toutes les formes d’inégalités et de violences faites aux femmes.

La Seine-Saint-Denis, très engagé dans ce combat, a inspiré le législateur puisque la loi pour l’égalité réelle entre les hommes et les femmes du 4 août 2014 a consacré le renforcement de l’ordonnance de protection et la généralisation du téléphone portable d’alerte, deux dispositifs nés en Seine-Saint-Denis grâce au travail partenarial mis en place par l’Observatoire départemental des violences envers les femmes.

Téléphone portable d’alerte : un film pour réveiller les consciences et sensibiliser aux outils existants pour lutter contre les violences

Le film Ligne de protection réalisé par Virginie Kahn, à la demande du Conseil général, sera projeté en avant-première au début de ces Rencontres. ce court-métrage de 7 minutes vise à renforcer la sensibilisation autour des violences faites aux femmes et promouvoir le dispositif Femmes en très grand danger, expérimenté en Seine-Saint-Denis dès 2009 et qui vient d’être généralisé à tout le territoire français par la loi 4 août dernier.

En Seine-Saint-Denis, 172 femmes ont bénéficié de ce dispositif ces cinq dernières années. Actuellement, 37 téléphones sont actifs et 18 autres sont réservés en prévision de la sortie de prison de l’agresseur.

Un diplôme universitaire « violences faites aux femmes »

A l’occasion de ces rencontres, sera également présenté le premier diplôme universitaire participant à la politique de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes. Né d’un partenariat entre l’Université Paris 8 et le Conseil général via son Observatoire des Violences envers les femmes, ce D.U « violences faites aux femmes » débutera en février 2015 et sera ouvert à la formation continue.

Des consultations spécialisées en médecine légale à destination des victimes de violences sexuelles qu’elles aient ou non porté plainte

La Seine-Saint-Denis abrite un des trois lieux existants en France qui accueillent les victimes de violences sans qu’elles aient ou envisagent de porter plainte. Le Dr Cécile Denis interviendra à 14h35 pour présenter ces consultations spécialisées qui sont assurées par une équipe composée d’infirmières, de médecins et de psychologues.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 370