Lancement du festival de films « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis

le 4 octobre 2018

Cela fait douze ans que nous avons lancé le dispositif « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis, avec notre Observatoire départemental des violences envers les femmes, en lien avec le mouvement familial pour le planning français.

« Jeunes contre le sexisme » permet de sensibiliser des élèves de sixième contre les stéréotypes de genre et les violences sexistes. Pour ce faire, les accompagnateurs et accompagnatrices les font travailler, mais pas de n’importe quelle manière : intelligemment, artistiquement, en les aidant à s’exprimer à traver s des affiches, des poèmes, du slam, du théâtre ou encore des vidéos.

Nous avons accumulé tellement de ces petites vidéos tournées par des collégiennes et collégiens au fil des années que nous organisons, pour la deuxième année consécutive, un festival de films « Jeunes contre le sexisme », en partenariat avec la Direction départementale des services de l’Education nationale et le Magic Cinéma.

Ouverture du festival, au Magic Cinéma à Bobigny
lundi 8 octobre à 13h30

Avec la projection de clips vidéos et du passionnant film d’animation « Parvana, une enfance en Afghanistan »

Un débat suivra la diffusion, en présence de Pascale Labbé, conseillère départementale déléguée à l’égalité femmes-hommes, d’Ernestine Ronai, responsable de l’Observatoire des violences envers les femmes, et d’Émilie Desjardins, réalisatrice qui a accompagné les jeunes cette année.

Des diffusions « Jeunes contre le sexisme » seront également organisées dans 13 cinémas de Seine-Saint-Denis :

André Malraux - Bondy
L’Etoile - La Courneuve (séance le 15/10/2018 à 19 h)
Ciné 104 – Pantin (un clip tous les soirs du 10 au 17/10/2018)
Le Trianon – Romainville
Espace Paul Eluard - Stains
Le Méliès - Montreuil
Le Bijou – Noisy-le-Grand

$

Contact presse :
Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis / Antoine Delangre Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 370