La question du chômage dans les quartiers populaires mérite mieux que les vieux gadgets et les opérations de communication

Mobiliser pas moins de trois ministres pour venir vanter une expérimentation qui, au mieux, touchera 2 340 personnes dans toute la France, voilà la réponse décalée du gouvernement aux attentes des quartiers populaires !

11,7 millions d’euros ont été budgétés dans la Loi de finances pour 2018 ; or, avec 5 000 euros par an par poste, cela ne reviendra à créer au mieux que 2 340 emplois francs, cette année et pour toute la France.

La grosse artillerie de cette communication démesurée apparaît bien dérisoire au regard des 1,4 millions d’habitants des 194 quartiers politique de la ville, alors que nous avons 200 000 demandeurs d’emplois rien qu’en Seine-Saint-Denis !

Nos gouvernants s’obstinent à vouloir mener des expérimentations diverses et variées dans les quartiers populaires, mais refusent d’y investir massivement.

Les tenants du « nouveau monde » ont la mémoire qui flanche car l’idée des emplois francs n’est pas nouvelle ; les gouvernements successifs les ont déjà testés sans succès. On l’a vu avec le précédent dispositif, avec moins de 300 emplois francs créés par rapport à un objectif initial de 10 000. On peut douter de l’efficacité réelle de cette énième mouture qui ne sera sans doute qu’un effet d’aubaine pour les entreprises.

Remédier au problème du chômage dans les quartiers populaires, ce n’est pas déployer quelques mesures gadget à grands renforts de trompettes ministérielles. C’est en investissant massivement dans les politiques d’orientation, de formation et d’insertion, et en luttant contre les discriminations que subissent certains de nos concitoyens en raison de leur lieu d’habitation. A diplôme, âge et parcours équivalents, il est en effet plus difficile d’accéder à un emploi lorsque l’on habite certains quartiers plutôt que d’autres.

Le gouvernement ne peut décemment envoyer ses ministres faire de la communication en Seine-Saint-Denis quand « en même temps » il baisse les crédits politiques de la ville, quand il grève le budget des organismes HLM, quand il supprime les contrats aidés dont ont tant besoin les associations dans les quartiers populaires pour mener leurs actions, quand il reporte ou enterre des projets de transports indispensables au développement économique et à l’accès aux bassins d’emploi.

Pour - enfin - parvenir à l’égalité de traitement entre les territoires les plus favorisés et les autres, nous devons en finir avec les demi-mesures et investir massivement dans les quartiers populaires. C’est là-dessus que nous attendons des annonces de la part du gouvernement, et pas une énième opération de communication.

Stéphane Troussel : « La question du chômage dans les quartiers populaires mérite mieux qu’un dispositif gadget et qu’une énième opération de communication ministérielle à laquelle je ne participerai pas : ce que j’attends du gouvernement, c’est un investissement massif et prolongé pour assurer le développement de ces quartiers et le retour d’une véritable ambition pour la politique de la Ville. »


Contacts presse :
Cabinet présidence du département de Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Le tourisme ministériel continue en Seine-Saint Denis : et si on arrêtait la com’ ?

Julien Denormandie sera cet après-midi dans un collège du département. Le tourisme ministériel en Seine-Saint-Denis continue ! Il y là un mépris total du travail engagé avec ce déplacement impréparé, de dernière minute, sans invitation, et sans aucun contact préalable avec le Département. Le sujet est pourtant important : les stages de troisième, une question essentielle dans nos quartiers où la discrimination à l’embauche commence très tôt, et sur laquelle le Département est déjà très engagé avec la plateforme de stages qu’il a mise en place dès 2013.


Prolongement du T1 à Val-de-Fontenay : enfin le projet commence !

Le 18 octobre, au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, a été voté à l’unanimité le protocole de financement du projet de prolongement du T1 à Val-de-Fontenay. Il doit également être présenté en commission permanente de la Région le 21 novembre, en Conseil d’administration du STIF du 12 décembre et en séance du Conseil départemental du Val-de-Marne le 17 décembre 2018.


Le Département engagé dans la lutte contre les inondations et pour la reconquête de la qualité de l’eau

Stéphane Troussel sera présent lors de la grande rencontre « La reconquête de la qualité de l’eau et la baignade en milieu naturel » organisée à Paris le 18 octobre 2018.


Lancement du festival de films « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis

Depuis douze ans, avons lancé le dispositif « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis, avec notre Observatoire départemental des violences envers les femmes. Nous avons accumulé tellement de petites vidéos produites dans ce cadre par des collégiennes et collégiens au fil des années que nous organisons, pour la deuxième année consécutive, un festival de films « Jeunes contre le sexisme ». Rendez-vous pour l’ouverture du festival lundi 8 octobre à 13h30 au Magic Cinéma à Bobigny, ainsi que dans les treize cinémas partenaires qui organiseront des soirées "Jeunes contre le sexisme" pendant plusieurs semaines en Seine-Saint-Denis !
lundi 8 octobre à 13h30


Invitation conférence de presse

Solidarité territoriale en Ile-de-France : Les Départements créent un Établissement Public Interdépartemental pour la mise en œuvre du fond de solidarité et d’investissement interdépartemental. Rendez-vous mardi 2 octobre 2018 à 12h à l’Assemblée des Départements de France.


Plan de mobilisation JOP 2024 du Département de la Seine-Saint-Denis

Le Conseil départemental a adopté un Plan de mobilisation de la Seine-Saint-Denis sur les JOP 2024, pour préparer au mieux l’arrivée des Jeux sur notre territoire. Le Département a également lancé le site de la Fabrique des Jeux en Seine-Saint-Denis, un outil qui offre un cadre de travail et d’échanges aux différents acteurs.



1% artistique : L’exigence culturelle se poursuit en Seine-Saint-Denis

Le Département de la Seine-Saint-Denis, fort d’un développement démographique et économique exceptionnel, souhaite également accompagner le développement culturel de son territoire. D’ici 2020, ce sont 25 collèges ainsi qu’une Maison des Solidarités qui feront découvrir des œuvres inédites aux élèves et habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis, au titre du dispositif dit du "1% culturel". L’ampleur de ce développement artistique dans notre collectivité, unique en France, reflète notre choix d’une politique culturelle ambitieuse.


« Ma santé 2022 » : un plan qui ne soigne pas l’hôpital public ! Des sparadraps pour soigner une hémorragie

Ce matin, Emmanuel Macron a annoncé son plan pour la santé, dévoilé pour grande partie dès hier. Au-delà de la disparition du numérus clausus en 2020, ce plan santé semble s’orienter vers une adaptation de la carte hospitalière plutôt que vers un vrai remède pour remettre sur pied le système de santé français et son homme malade, l’hôpital public.


Stratégie pauvreté - Et maintenant, des paroles aux actes !

Depuis maintenant plusieurs mois, 19 Départements proposent de tester le revenu de base en le rendant automatique et ouvert aux jeunes. Le président de la République propose aujourd’hui un revenu universel d’activité. Nous sommes prêts et nous voulons même l’ouvrir aux jeunes ; cela s’appelle le revenu de base ! Et cela suppose de considérablement modifier le financement des allocations de solidarités qui repose sur les plus pauvres.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 340