La question du chômage dans les quartiers populaires mérite mieux que les vieux gadgets et les opérations de communication

le 17 avril 2018

Mobiliser pas moins de trois ministres pour venir vanter une expérimentation qui, au mieux, touchera 2 340 personnes dans toute la France, voilà la réponse décalée du gouvernement aux attentes des quartiers populaires !

11,7 millions d’euros ont été budgétés dans la Loi de finances pour 2018 ; or, avec 5 000 euros par an par poste, cela ne reviendra à créer au mieux que 2 340 emplois francs, cette année et pour toute la France.

La grosse artillerie de cette communication démesurée apparaît bien dérisoire au regard des 1,4 millions d’habitants des 194 quartiers politique de la ville, alors que nous avons 200 000 demandeurs d’emplois rien qu’en Seine-Saint-Denis !

Nos gouvernants s’obstinent à vouloir mener des expérimentations diverses et variées dans les quartiers populaires, mais refusent d’y investir massivement.

Les tenants du « nouveau monde » ont la mémoire qui flanche car l’idée des emplois francs n’est pas nouvelle ; les gouvernements successifs les ont déjà testés sans succès. On l’a vu avec le précédent dispositif, avec moins de 300 emplois francs créés par rapport à un objectif initial de 10 000. On peut douter de l’efficacité réelle de cette énième mouture qui ne sera sans doute qu’un effet d’aubaine pour les entreprises.

Remédier au problème du chômage dans les quartiers populaires, ce n’est pas déployer quelques mesures gadget à grands renforts de trompettes ministérielles. C’est en investissant massivement dans les politiques d’orientation, de formation et d’insertion, et en luttant contre les discriminations que subissent certains de nos concitoyens en raison de leur lieu d’habitation. A diplôme, âge et parcours équivalents, il est en effet plus difficile d’accéder à un emploi lorsque l’on habite certains quartiers plutôt que d’autres.

Le gouvernement ne peut décemment envoyer ses ministres faire de la communication en Seine-Saint-Denis quand « en même temps » il baisse les crédits politiques de la ville, quand il grève le budget des organismes HLM, quand il supprime les contrats aidés dont ont tant besoin les associations dans les quartiers populaires pour mener leurs actions, quand il reporte ou enterre des projets de transports indispensables au développement économique et à l’accès aux bassins d’emploi.

Pour - enfin - parvenir à l’égalité de traitement entre les territoires les plus favorisés et les autres, nous devons en finir avec les demi-mesures et investir massivement dans les quartiers populaires. C’est là-dessus que nous attendons des annonces de la part du gouvernement, et pas une énième opération de communication.

Stéphane Troussel : « La question du chômage dans les quartiers populaires mérite mieux qu’un dispositif gadget et qu’une énième opération de communication ministérielle à laquelle je ne participerai pas : ce que j’attends du gouvernement, c’est un investissement massif et prolongé pour assurer le développement de ces quartiers et le retour d’une véritable ambition pour la politique de la Ville. »


Contacts presse :
Cabinet présidence du département de Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Stéphane Troussel est heureux de lancer « Pâtisse In Seine-Saint-Denis », un concours de la marque territoriale In Seine Saint Denis pour créer LA pâtisserie emblématique du département !

La marque territoriale "In Seine-Saint-Denis" lance le concours "Pâtisse In Seine-Saint-Denis". Le principe est simple : créer, en équipe, la pâtisserie de la Seine-Saint-Denis à partir de produits issus du territoire, ou "made in Seine-Saint-Denis" !


Grand Paris Express : la rocade du futur métro définitivement sauvée !

Mardi 25 juin, le Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris a entériné la réalisation de l’interopérabilité en gare de Champigny centre – jonction sans changement entre les lignes 15 Est et 15 Sud –, fonctionnalité indispensable à la bonne exploitation de la future ligne 15. C’est un grand soulagement pour le Département de la Seine-Saint-Denis, qui s’est mobilisé aux côtés de nombreuses collectivités de la ligne 15 afin de sauver la rocade du futur métro.


JOP 2024 : les acteur.rices économiques de la Seine-Saint-Denis mobilisé.es pour l’emploi !

Pour la Seine-Saint-Denis, qui accueillera la plupart des épreuves et des installations olympiques, faire bénéficier les entreprises et les habitant.es du territoire des retombées en terme d’emplois est une condition de réussite des JO de 2024. Dans ce but, une première rencontre, dans le cadre de la Fabrique des Jeux, s’était déroulée le 19 décembre 2018 à la CCI de la Seine-Saint-Denis.


La Seine-Saint-Denis lance une campagne pour le référendum sur la privatisation d’ADP

Le Département lance une campagne afin de recueillir le soutien des habitantes et des habitants de Seine-Saint-Denis pour l’organisation d’un référendum pour ou contre la privatisation d’ADP.


La semaine du développement durable en Seine-Saint-Denis : c’est tout un programme !

Du 30 mai au 7 juin, la Seine-Saint-Denis met le développement durable à l’honneur au travers d’ateliers, de rencontres et de spectacles pour sensibiliser les habitant.es à cet enjeu primordial, et donner à voir la transition écologique en action.



Loi Bourguignon le 6 mai à l’Assemblée nationale : contre les « sorties sèches » de l’aide sociale à l’enfance, les député.es auront-ils le courage d’agir ?

Aujourd’hui, les enfants et les jeunes de l’aide sociale à l’enfance comme leurs familles, au-delà de l’action volontariste de certains Départements comme celui de la Seine-Saint-Denis - qui accompagne déjà près de 1000 jeunes en contrat « Jeunes majeurs » en y consacrant 20 millions d’euros chaque année -, demandent que la République tienne concrètement et partout en France sa promesse d’égalité. Cela passe par un engagement fort de l’État aux côtés des Départements qui ne peuvent assumer seuls les dépenses de solidarité nationale.



Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 390