La question du chômage dans les quartiers populaires mérite mieux que les vieux gadgets et les opérations de communication

Mobiliser pas moins de trois ministres pour venir vanter une expérimentation qui, au mieux, touchera 2 340 personnes dans toute la France, voilà la réponse décalée du gouvernement aux attentes des quartiers populaires !

11,7 millions d’euros ont été budgétés dans la Loi de finances pour 2018 ; or, avec 5 000 euros par an par poste, cela ne reviendra à créer au mieux que 2 340 emplois francs, cette année et pour toute la France.

La grosse artillerie de cette communication démesurée apparaît bien dérisoire au regard des 1,4 millions d’habitants des 194 quartiers politique de la ville, alors que nous avons 200 000 demandeurs d’emplois rien qu’en Seine-Saint-Denis !

Nos gouvernants s’obstinent à vouloir mener des expérimentations diverses et variées dans les quartiers populaires, mais refusent d’y investir massivement.

Les tenants du « nouveau monde » ont la mémoire qui flanche car l’idée des emplois francs n’est pas nouvelle ; les gouvernements successifs les ont déjà testés sans succès. On l’a vu avec le précédent dispositif, avec moins de 300 emplois francs créés par rapport à un objectif initial de 10 000. On peut douter de l’efficacité réelle de cette énième mouture qui ne sera sans doute qu’un effet d’aubaine pour les entreprises.

Remédier au problème du chômage dans les quartiers populaires, ce n’est pas déployer quelques mesures gadget à grands renforts de trompettes ministérielles. C’est en investissant massivement dans les politiques d’orientation, de formation et d’insertion, et en luttant contre les discriminations que subissent certains de nos concitoyens en raison de leur lieu d’habitation. A diplôme, âge et parcours équivalents, il est en effet plus difficile d’accéder à un emploi lorsque l’on habite certains quartiers plutôt que d’autres.

Le gouvernement ne peut décemment envoyer ses ministres faire de la communication en Seine-Saint-Denis quand « en même temps » il baisse les crédits politiques de la ville, quand il grève le budget des organismes HLM, quand il supprime les contrats aidés dont ont tant besoin les associations dans les quartiers populaires pour mener leurs actions, quand il reporte ou enterre des projets de transports indispensables au développement économique et à l’accès aux bassins d’emploi.

Pour - enfin - parvenir à l’égalité de traitement entre les territoires les plus favorisés et les autres, nous devons en finir avec les demi-mesures et investir massivement dans les quartiers populaires. C’est là-dessus que nous attendons des annonces de la part du gouvernement, et pas une énième opération de communication.

Stéphane Troussel : « La question du chômage dans les quartiers populaires mérite mieux qu’un dispositif gadget et qu’une énième opération de communication ministérielle à laquelle je ne participerai pas : ce que j’attends du gouvernement, c’est un investissement massif et prolongé pour assurer le développement de ces quartiers et le retour d’une véritable ambition pour la politique de la Ville. »


Contacts presse :
Cabinet présidence du département de Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse



JOP 2024 : la Seine-Saint-Denis obtient des garanties et reste mobilisée

A la suite de la publication de rapports des inspections générales qui préconisaient de revenir largement sur les héritages olympiques du dossier de candidature de Paris 2024, j’avais réaffirmé, comme l’ensemble des élus, ma volonté que la Seine-Saint-Denis ne devienne pas la variable d’ajustement et que l’ambition de la candidature que nous avons portée ne soit pas revue au risque de la dénaturer.


Les 13 départements ont précisé leur modèle de revenu de base

Les 13 départements* engagés dans la démarche expérimentale autour du revenu de base, en partenariat avec la Fondation Jean-Jaurès, ont dévoilé mercredi 6 juin 2018, lors d’un colloque public à Bordeaux, les résultats des simulations économiques et du questionnaire citoyen pour leur projet d’expérimentation.


"Contrat" entre la Seine-Saint-Denis et l’État : il est urgent de mettre fin à un jacobinisme aveugle, absurde et ravageur

La dernière loi de finances impose aux collectivités territoriales la signature d’un « contrat » avec l’État avant le 30 juin sous peine d’une réduction de leurs dotations futures.


La BEI soutient le « Plan Ambition Collèges » du Département de la Seine-Saint-Denis

Pour la première fois dans son histoire, la Banque Europe d’Investissement s’engage dans un projet de financement avec le Département de la Seine-Saint-Denis. Ce projet d’envergure - à hauteur de 240 millions d’euros - est axé sur la rénovation et la modernisation de 22 collèges du Département, ainsi que sur la mise en œuvre de 14 opérations de transition énergétique visant à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments. Par ce projet, qui montre l’engagement du Département pour la rénovation énergétique et les pratiques écologiques de manière générale, on veut également montrer la capacité de l’Europe à aider des projets concrets, capables d’améliorer le quotidien des citoyens, à commencer par les plus jeunes.


Développer les transports en Seine-Saint-Denis, c’est urgent

Nous sommes plus d’une soixantaine d’élu.e.s de Seine-Saint-Denis, de toutes les couleurs politiques, à signer une lettre destinée au président de la République pour le développement des transports sur notre territoire. Nous ne demandons pas l’aumône ; l’État doit seulement tenir ses engagements. Car développer les transports en Seine-Saint-Denis, c’est répondre à une triple urgence sociale, économique et environnementale, mais c’est aussi préparer l’avenir et concourir au développement de l’attractivité territoriale.


Semaine du développement durable : la Seine-Saint-Denis engagée

A l’occasion de la semaine du développement durable, avec Belaïde Bedreddine, vice-président en charge de l’Écologie urbaine, nous avons souhaité mettre en exergue plusieurs politiques menées par le Département à destination de ses agent-e-s, mais aussi plus largement à destination de tou-te-s les habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis.


0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 320