Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez les dernières informations à jour en suivant ce lien

La pollution tue dans toute l’agglomération : il est temps de lancer un plan climat métropolitain !

le 6 janvier 2015

Aujourd’hui 6 janvier 2015, Air Parif annonce un pic de pollution important aux particules fines sur la métropole parisienne. C’est également aujourd’hui que l’Institut de veille sanitaire (InVS) rend public l’impact de ces particules sur la santé y compris à court terme : conséquences sur les enfants et les personnes âgées ou fragiles, accidents graves (AVC, crises cardiaques, maladies pulmonaires) et surmortalité.

Plus personne ne peut plus raisonnablement discuter des conséquences et de la nocivité de la pollution de l’air. Il y a donc une urgence sanitaire et sociale, à Paris mais également dans toute l’agglomération. Aujourd’hui, on compte 66 microgramme de particules fines par m3 en Seine-Saint-Denis, contre 62 à Paris.

Si je suis déterminé à lutter contre la pollution de l’air, je suis convaincu qu’une mesure, limitée à Paris, de restriction de circulation permanente pour les véhicules les plus polluants serait à la fois inefficace et injuste socialement. Ce sont évidemment les ménages plus modestes et les petites entreprises de la petite et grande couronne qui seraient directement impactés.

D’autres solutions existent : rendons cher l’acquisition de véhicules polluants, renforçons les aides à l’acquisition de véhicules propres, poursuivons le développement des transports collectifs (prolongement des lignes de métro par exemple).

Je souhaite que nous nous posions collectivement les bonnes questions et que nous trouvions, ensemble, les solutions les plus efficaces et les plus justes, socialement.

Nous avons besoin d’un outil concret pour repenser, collectivement, notre rapport à l’énergie, la façon dont elle est consommée et produite, accélérer l’isolation de nos bâtiments, les systèmes de chauffage, souvent très polluants, et acter d’un plan de circulation routière à l’échelle de la métropole qui définirait les conditions, le périmètre et le calendrier d’éventuelles restrictions de circulation que je souhaite temporaires et limitées aux pics de pollution.

C’est pourquoi, je proposerai lors de la conférence métropolitaine sur ce sujet organisée par la ville de Paris le 9 janvier que nous mettions en place un plan climat-énergie et qualité de l’air à l’échelle du Grand Paris pour agir vite et efficacement.

La pollution ne s’arrête pas à la frontière du périphérique. Veut-on vraiment reconstruire l’enceinte de Thiers qui autrefois ceinturait Paris ? Nous pouvons faire mieux que cela.

Stéphane Troussel, Président du Conseil général

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | ... | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | ... | 460