La lutte contre l’habitat indigne doit devenir une grande cause nationale

le 29 janvier 2013

Mardi 29 janvier, j’ai participé à la table ronde organisée par Cécile DUFLOT, Ministre de l’égalité des territoires et du logement, autour de la question cruciale dans notre département de l’habitat indigne.

En Seine-Saint-Denis, près 100 000 personnes vivraient dans des logements vétustes ou indignes. Ces 34 000 logements (9% du parc privé) souvent des petites surfaces sont en situation de sur-occupation et très majoritairement (70%) occupés par des locataires.

C’est pourquoi, le Conseil général s’est fortement impliqué dans la lutte contre ce fléau bien au-delà de ses compétences en adoptant dès 2009 un programme départemental de lutte contre l’habitat indigne doté d’un budget de 6 millions d’euros. Ce programme permet le traitement de 398 logements dégradés (démolition ou restructuration lourde) et la création 638 logements (construction-réhabilitation) situés sur 6 communes jugées prioritaires (Aubervilliers, le Pré Saint-Gervais, Pantin, Le Bourget, Saint-Ouen et Montfermeil).

Le Département participe également au Fonds d’Intervention de Quartier destiné à financer les travaux ou les frais résultant de procédures engagées par les copropriétés dans le cadre des OPAH et des plans de sauvegarde. En 2012, le budget départemental consacré à ce fonds s’est élevé à 1 575 000 euros.

Je me réjouis de la volonté du gouvernement d’accentuer la lutte contre l’habitat indigne. Lors de cette rencontre, j’ai notamment plaidé pour une concentration des moyens, pour une simplification juridique permettant de faciliter l’action publique face aux marchands de sommeil, pour le renforcement des actions coercitives et pour des capacités de relogement temporaires accrues.

Les drames de l’insalubrité comme celui de Saint-Denis en septembre dernier dans lequel 3 personnes ont perdu la vie ne doivent pas se reproduire. C’est pourquoi, je souhaite que le Département de la Seine-Saint-Denis puisse avoir les moyens de contribuer à en finir avec l’habitat indigne et que cette question devienne une Grande Cause nationale.

Stéphane TROUSSEL, Président du Conseil général.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Grand Paris Express : la rocade du futur métro définitivement sauvée !

Mardi 25 juin, le Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris a entériné la réalisation de l’interopérabilité en gare de Champigny centre – jonction sans changement entre les lignes 15 Est et 15 Sud –, fonctionnalité indispensable à la bonne exploitation de la future ligne 15. C’est un grand soulagement pour le Département de la Seine-Saint-Denis, qui s’est mobilisé aux côtés de nombreuses collectivités de la ligne 15 afin de sauver la rocade du futur métro.


JOP 2024 : les acteur.rices économiques de la Seine-Saint-Denis mobilisé.es pour l’emploi !

Pour la Seine-Saint-Denis, qui accueillera la plupart des épreuves et des installations olympiques, faire bénéficier les entreprises et les habitant.es du territoire des retombées en terme d’emplois est une condition de réussite des JO de 2024. Dans ce but, une première rencontre, dans le cadre de la Fabrique des Jeux, s’était déroulée le 19 décembre 2018 à la CCI de la Seine-Saint-Denis.


La Seine-Saint-Denis lance une campagne pour le référendum sur la privatisation d’ADP

Le Département lance une campagne afin de recueillir le soutien des habitantes et des habitants de Seine-Saint-Denis pour l’organisation d’un référendum pour ou contre la privatisation d’ADP.


La semaine du développement durable en Seine-Saint-Denis : c’est tout un programme !

Du 30 mai au 7 juin, la Seine-Saint-Denis met le développement durable à l’honneur au travers d’ateliers, de rencontres et de spectacles pour sensibiliser les habitant.es à cet enjeu primordial, et donner à voir la transition écologique en action.



Loi Bourguignon le 6 mai à l’Assemblée nationale : contre les « sorties sèches » de l’aide sociale à l’enfance, les député.es auront-ils le courage d’agir ?

Aujourd’hui, les enfants et les jeunes de l’aide sociale à l’enfance comme leurs familles, au-delà de l’action volontariste de certains Départements comme celui de la Seine-Saint-Denis - qui accompagne déjà près de 1000 jeunes en contrat « Jeunes majeurs » en y consacrant 20 millions d’euros chaque année -, demandent que la République tienne concrètement et partout en France sa promesse d’égalité. Cela passe par un engagement fort de l’État aux côtés des Départements qui ne peuvent assumer seuls les dépenses de solidarité nationale.



Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.



0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 400