La Seine-Saint-Denis premier département bénéficiaire de l’ANRU 2

Stéphane Troussel se réjouit de l’adoption de la liste des quartiers retenus dans le cadre du nouveau programme de renouvellement urbain par le Conseil d’administration de l’ANRU plaçant la Seine-Saint-Denis au premier rang des préoccupations nationales.

« Je me réjouis de l’adoption intervenue, le 15 décembre, de la liste des quartiers retenus dans le cadre du nouveau programme de renouvellement urbain par le Conseil d’administration de l’ANRU qui place la Seine-Saint-Denis au premier rang des préoccupations nationales. En effet, sur les 58 sites retenus en Île-de-France, 24 sont en Seine-Saint-Denis.

La politique de la ville a été essentielle pour notre département et les effets de l’ANRU sont visibles dans de nombreux de ses quartiers, mais il fallait aller plus loin.

Il n’était pas acceptable que la Seine-Saint-Denis demeure moins dotée que d’autres départements au regard de ses difficultés propres. Elle bénéficiait ainsi de 31€ de crédits politique de la ville par habitant des quartiers « priorité I » alors que les Yvelines par exemple bénéficiait de 71€ par habitant.

Parce qu’elle est plus en difficulté que la moyenne nationale, la Seine-Saint-Denis doit être davantage soutenue et remise au cœur des priorités de ce nouveau programme de renouvellement urbain. C’est ce que permet la nouvelle géographie prioritaire.

Je me félicite donc du volontarisme affiché par le gouvernement à travers ces 24 sites retenus, et de l’intégration des copropriétés dégradées comme à Saint-Denis, Saint-Ouen, Clichy-sous-Bois ou La Villette-4 chemins à Pantin/Aubervilliers. En effet, c’est en Seine-Saint-Denis que le poids des copropriétés dégradées est le plus important.

Ce rééquilibrage métropolitain encourageant doit être confirmé par une ré-allocation des crédits de l’État (droit commun et politique de la ville) au bénéfice de la Seine-Saint-Denis et par une péréquation renforcée.

Je souhaite désormais qu’un même travail de justice soit mené dans l’allocation des crédits de l’agence nationale de la Cohésion Sociale et l’Égalité des Chances. »
Stéphane Troussel, Président du Conseil général

Les 24 sites retenus en Seine-Saint-Denis :

Aulnay-sous-Bois /Sevran : Ambourget Gros Saule / Beaudottes
Blanc-Mesnil : Quartiers Nord, Les Tilleuls
Neuilly-sur-Marne : Les Fauvettes
Clichy-sous-Bois : Bas Clichy, Bois du Temple
Bobigny / Drancy / Bondy (Nord et Sud) : Bondy (Nord et Sud), L’Abreuvoir
Bagnolet / Montreuil : Les Malassis / La Noue
Bobigny : Bobigny Centre ville (Karl Marx, Paul-Eluard, Allende) - Drancy Gaston-Rouleau
Noisy-le-Sec : Le Londeau
Romainville : Gagarine
Aubervilliers / Pantin : La Villette / Quatre chemins
Aubervilliers : Maladrerie / Émile-Dubois
La Courneuve : Les 4000
Saint-Denis : Les Franc-Moisins, Floréal, Saussaie, Courtilles, Centre ville
Épinay-sur-Seine : Orgemont, La Source
Stains : Clos Saint-Lazare
Villetaneuse : Saint-Leu
Île-Saint-Denis /Saint-Ouen : Quartier Sud
Saint-Ouen : Cordon/La Motte Taupin, Vieux Saint-Ouen
Pierrefitte-sur-Seine : Joncherolles Fauvettes
Sevran : Pont-Blanc & Montceleux

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.


Le Seine-Saint-Denis se mobilise pour la Semaine Olympique et Paralympique à l’école

Inscrite de façon pérenne au programme, de l’Éducation nationale, organisée en lien avec le Comité d’organisation des Jeux (COJO) et le mouvement sportif, la Semaine Olympique et Paralympique est proposée chaque année dans toutes les écoles, établissements scolaires et établissements d’enseignement supérieur, pour tous les âges de la maternelle à l’université. Pour cette 3e édition, le Département de Seine-Saint-Denis et ses partenaires s’illustreront encore une fois par leur dynamisme et leur engagement.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 370