La Seine-Saint-Denis ne signera pas le contrat de dupe que le gouvernement lui propose et exige un sursaut d’égalité républicaine.

En Seine-Saint-Denis, nous ne signerons pas le contrat absurde et scandaleux que l’État nous propose. Hier en Assemblée générale, l’ADF a voté à une très large majorité le refus de signer les « contrats » que l’État tente d’imposer aux collectivités, et en particulier aux départements.

Comment pourrions-nous le faire alors que la seule perspective qui nous est offerte, c’est une nouvelle réduction des dotations de l’État alors même que celui-ci n’est pas à la hauteur du B.A.-BA de l’égalité républicaine en Seine-Saint-Denis ?

Le rapport parlementaire des députés Cornut-Gentille (LR) et Kokouendo (LREM) vient de rappeler une fois de plus ce que nous ne cessons de dénoncer depuis des années : l’égalité républicaine n’est pas assurée car les services publics sont moins bien dotés en Seine-Saint-Denis où les besoins sont plus grands. On s’attendait à une réaction forte de la part du gouvernement et du président de la République : rien. Pire, on nous explique que la Seine-Saint-Denis, département le plus jeune et le plus pauvre de France métropolitaine, ne se verra appliquer aucune des bonifications prévues par la loi ni au titre des caractéristiques sociales, ni au titre des caractéristiques démographiques.

Dans ce contexte, les accusations de mauvaise gestion à peine voilées sont insupportables et insultantes : nous n’avons pas de leçon à recevoir.Il suffit de rappeler que les départements (et donc les contribuables locaux) assument à la place de l’État les allocations de solidarité nationale que sont le RSA, l’APA et la PCH : en Seine-Saint-Denis, pour la seule année 2017, ce sont 173 millions d’euros qui auront été ainsi assumés par le Département sans compensation de l’État. Malgré ce désengagement continu de l’État, nous avons réussi à poursuivre nos politiques publiques et à développer les indispensables investissements qui assurent l’avenir, au prix d’une gestion rigoureuse : sur les 10 dernières années, les dépenses de fonctionnement hors allocations de solidarités n’ont augmenté que de 1,1% par an. Le gouvernement ne peut pas demander aux collectivités de payer à sa place et ensuite leur reprocher de dépenser trop. Ce mauvais procès ajoute le cynisme à la mauvaise foi et à l’absurdité.

Aujourd’hui, cerise sur le gâteau, nous apprenons par l’ADF que le gouvernement revient sur ses maigres propositions pour mieux compenser les allocations de solidarité. Voilà donc la mesure de rétorsion à notre refus de passer sous les fourches caudines du jacobinisme et un dernier coup de poignard dans le dos des départements en difficulté après les coups de canifs portés à la décentralisation.

Au moment même où le président de la République cause « nouvelle décentralisation » en Bretagne, le message envoyé par le gouvernement aux Départements est plus brutal : « en marche »… ou crève.

Je demande au gouvernement et au président de la République d’assumer enfin la solidarité nationale plutôt que de chercher de nouvelles économies sur le dos des plus fragiles et d’organiser une mobilisation spécifique pour la Seine-Saint-Denis afin d’assurer l’égalité territoriale.


Contact presse :
Cabinet présidence du département de Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Le Département de la Seine-Saint-Denis, la Banque des Territoires et CDC Biodiversité agissent en faveur de la transition écologique, énergétique et de la biodiversité

Stéphane Troussel, président du département de la Seine-Saint-Denis, Marianne Louradour, directrice régionale Ile-de-France de la Banque des Territoires et Jean-Christophe Benoit, directeur du développement et de l’investissement de CDC Biodiversité, ont signé une convention de partenariat en faveur de la performance énergétique du patrimoine public et de la biodiversité en Seine-Saint-Denis.



Lancement d’un espace de témoignages en Seine-Saint-Denis sur Parcoursup

Alors que les examens du baccalauréat se terminent et que la plateforme Parcoursup s’apprête à réouvrir, le Département a décidé de lancer une vaste campagne de témoignages. Sur cette base, Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis, pourra saisir le Défenseur des Droits pour lui demander de faire toute la lumière sur ce système de sélection aujourd’hui opaque.




La Seine-Saint-Denis obtient des garanties et reste mobilisée

A la suite de la publication de rapports des inspections générales qui préconisaient de revenir largement sur les héritages olympiques du dossier de candidature de Paris 2024, j’avais réaffirmé, comme l’ensemble des élus, ma volonté que la Seine-Saint-Denis ne devienne pas la variable d’ajustement et que l’ambition de la candidature que nous avons portée ne soit pas revue au risque de la dénaturer.


Les 13 départements ont précisé leur modèle de revenu de base

Les 13 départements* engagés dans la démarche expérimentale autour du revenu de base, en partenariat avec la Fondation Jean-Jaurès, ont dévoilé mercredi 6 juin 2018, lors d’un colloque public à Bordeaux, les résultats des simulations économiques et du questionnaire citoyen pour leur projet d’expérimentation.


"Contrat" entre la Seine-Saint-Denis et l’État : il est urgent de mettre fin à un jacobinisme aveugle, absurde et ravageur

La dernière loi de finances impose aux collectivités territoriales la signature d’un « contrat » avec l’État avant le 30 juin sous peine d’une réduction de leurs dotations futures.


La BEI soutient le « Plan Ambition Collèges » du Département de la Seine-Saint-Denis

Pour la première fois dans son histoire, la Banque Europe d’Investissement s’engage dans un projet de financement avec le Département de la Seine-Saint-Denis. Ce projet d’envergure - à hauteur de 240 millions d’euros - est axé sur la rénovation et la modernisation de 22 collèges du Département, ainsi que sur la mise en œuvre de 14 opérations de transition énergétique visant à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments. Par ce projet, qui montre l’engagement du Département pour la rénovation énergétique et les pratiques écologiques de manière générale, on veut également montrer la capacité de l’Europe à aider des projets concrets, capables d’améliorer le quotidien des citoyens, à commencer par les plus jeunes.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 330