La Seine-Saint-Denis, éternel mouton noir de l’Éducation nationale

le 28 mars 2019

Le président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a écrit lundi 25 mars au Ministre de l’Éducation nationale pour l’alerter sur les moyens alloués au Département, relayant et soutenant ainsi les mobilisations nombreuses des communautés scolaires ces dernières semaines.

Hier, mercredi 27 mars, pas de réponse à ces demandes, mais de nouvelles annonces, et un nouveau coup dur pour les habitant.es de notre territoire populaire. L’étalement du dédoublement des classes de CP, CE1 en zones REP, mesure positive mise en place dès 2017, se fera sur 2 ans, sauf...... en Seine-Saint-Denis ! Une fois de plus, en raison d’un manque de stratégie de recrutement, et sur la base de faux arguments sur le sujet, notre département reste le mouton noir du gouvernement.

En réalité, il est possible de mettre deux enseignant.es dans une classe pour dédoubler les groupes, mais encore faut-il qu’il y ait des professeur.es pour le faire. Et ce ne sont pas la faiblesse des moyens annoncés pour 2019 dans le premier et le second degré qui le permettront.

Cela s’ajoute à d’autres reculs, sur d’autres dispositifs qui font pourtant leurs preuves. La scolarisation des moins de 3 ans par exemple, dans des très petites sections, est une réussite dans les quelques écoles du territoire qui l’ont expérimentée. Pourquoi ne pas l’étendre ? Toujours pour les mêmes raisons budgétaires qui font primer l’austérité sur les choix d’avenir. La communication autour de la scolarisation obligatoire dès trois ans cache l’abandon de l’objectif d’augmenter la scolarisation des moins de trois ans dans les territoires qui en ont le plus besoin. Doit-on rappeler qu’en Seine-Saint-Denis, il n’y avait que 4 % des enfants de moins de trois ans qui étaient scolarisés en 2016, contre 12 % au niveau national ?

Alors même que le Premier ministre vient de lancer sous la houlette du préfet des groupes de travail, dont un sur l’éducation, pour effectuer le nécessaire rattrapage des moyens de l’État, la seule réponse ne peut pas être qu’on fera, une fois encore, moins bien en Seine-Saint-Denis qu’ailleurs.


Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis / Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Loi Bourguignon le 6 mai à l’Assemblée nationale : contre les « sorties sèches » de l’aide sociale à l’enfance, les député.es auront-ils le courage d’agir ?

Aujourd’hui, les enfants et les jeunes de l’aide sociale à l’enfance comme leurs familles, au-delà de l’action volontariste de certains Départements comme celui de la Seine-Saint-Denis - qui accompagne déjà près de 1000 jeunes en contrat « Jeunes majeurs » en y consacrant 20 millions d’euros chaque année -, demandent que la République tienne concrètement et partout en France sa promesse d’égalité. Cela passe par un engagement fort de l’État aux côtés des Départements qui ne peuvent assumer seuls les dépenses de solidarité nationale.



Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380