L’AFPAD, fabrique de citoyens

Entre autres missions, l’AFPAD, association de Pierrefitte, aide régulièrement des jeunes à améliorer leur connaissance des institutions, comme les forces de police et de justice. Du lundi 9 au vendredi 13 février 2015, elle a accueilli 38 jeunes des collèges Lucie-Aubrac et Pablo-Neruda.

JPEG - 75.5 ko

« Brigade des mineurs », « procureur de la République », « délibération », autant de termes qui n’étaient peut-être pas si familiers que ça pour les 38 élèves de 3e reçus durant une semaine dans les locaux de l’Association pour la Formation, la Prévention et l’Accès au Droit (AFPAD) à Pierreffitte.

Mais désormais, pour Kaoutar, Dounia ou encore Nassim, le fonctionnement de la police et de la justice n’a plus guère de secrets. Dans le cadre de leur stage professionnel réalisé à l’AFPAD, ces élèves issus des collèges Pablo-Neruda et Lucie-Aubrac ont en effet planché sur les missions de ces deux institutions, avec quantité de visites au programme.

De cette semaine riche en expériences et en rencontres, Eren retient avant tout le procès correctionnel auquel ils ont assisté au tribunal de grande instance de Bobigny.

Connaître le fonctionnement de la justice et le déroulement d’un procès, évacuer certains stéréotypes provoqués par une consommation parfois excessive des séries américaines, c’est notamment l’un des buts de cette semaine. Dans d’autres cas, comme celui de Rosaline, on peut même parler du fait de stimuler certaines vocations. Elle qui voulait déjà devenir avocate avant cette expérience, en est ressortie encore plus motivée.

JPEG - 53.8 ko

Celia, elle, a été impressionnée par la visite du commissariat de Pierrefitte-Stains et la rencontre avec un responsable du centre de commandement de la police nationale de Bobigny. Au point d’en laisser de côté des préjugés qu’elle reconnaissait avoir avant ces rencontres.

« En général, on note une évolution au cours de ces stages, note Nicolas Niscemi, médiateur et juriste au sein de l’AFPAD et qui, avec ses collègues Amara et Nathalie, a accompagné ces élèves tout au long de leur semaine de stage. « Certains jeunes arrivent avec des idées préconçues sur la fonction de policier ou même de magistrat. Parfois, c’est la défiance classique envers ces métiers qu’on voit s’exprimer, parfois aussi, c’est plus surprenant. Par exemple, certains débarquent avec la conviction qu’il faut forcément être brillant à l’école pour devenir commissaire ou avocat. Or, la rencontre directe avec les intervenants en question aide beaucoup. Elle démystifie la fonction et certains élèves se rendent compte que c’est aussi à leur portée ».

Atiye, jeune élève de troisième de Pablo-Neruda, y croit par exemple dur comme fer. Assister à une audience correctionnelle au tribunal de Bobigny a changé sa vision des choses. Elle qui souhaitait auparavant être avocate, veut désormais devenir juge et s’est déjà renseignée sur les études qu’il fallait entamer.

JPEG - 79.6 ko

Organisés depuis l’année dernière, ces stages s’inscrivent dans le cadre de la mission d’éducation à la citoyenneté que s’est fixée l’association pierrefittoise, qui a aussi acquis un savoir-faire reconnu dans les domaines de la médiation et de l’accès au droit. Par des rencontres avec des professionnels du droit, des policiers, des magistrats, il s’agit – si ce n’est d’éveiller un intérêt pour ces métiers – au moins de fluidifier une relation entre jeunes et institutions qui est souvent troublée par nombre de préjugés ou d’incompréhensions.

« Notre but, avec ces ateliers « jeunes-police-justice » c’est de travailler avec les jeunes sur leurs relations aux institutions, détaille Hibat Tabib, fondateur de l’AFPAD en 2001. Comme la police et la justice sont deux institutions qui cristallisent leurs questions, parce qu’ils les côtoient fréquemment, on a choisi de se centrer sur ces deux-là, mais on ne se limite pas à cela. Ce ne sont pas l’institution judiciaire et le bâtiment commissariat qui nous intéressent, mais les règles, les lois parce qu’elles incarnent la République »

Bien loin de cantonner son activité à cette seule action, l’AFPAD espère en tout cas que ces stages police-justice, organisés avec le concours de la ville de Pierrefitte et le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, seront appelés à se développer. Car dissiper certains clichés, rappeler les droits et devoirs de chacun, c’est évidemment oeuvrer pour le vivre-ensemble, une valeur qu’il s’agit de défendre aujourd’hui plus que jamais.

Christophe Lehousse

à lire aussi

Parc forestier de la Poudrerie : inauguration d’un lieu pour tout-petits et signature d’un manifeste

Dimanche 5 juin a eu lieu l’inauguration du "Jardin d’émerveilles", lieu de rêve pour les tout-petits et les parents au parc départemental de la Poudrerie à Sevran ; l’occasion pour le Président du Conseil départemental de signer un manifeste pour l’avenir du parc.


De la 4L à la voiture électrique, le Département accélère au vert…

La Seine-Saint-Denis a choisi de rouler écologique et comptera fin 2016 plus de 160 véhicules électriques. La centième voiture de ce type a été livrée symboliquement, jeudi 2 juin, au cours de la Semaine Européenne du Développement Durable.


Avec Plantu, dessinez, c’est gagné

Mardi 31 mai et jeudi 2 juin 2016, le dessinateur Plantu et son association « Cartooning for Peace » ont reçu quelque 120 collégiens de Seine-Saint-Denis au siège du journal « Le Monde ». La touche finale d’un parcours éducatif et citoyen sur le dessin de presse, né d’un partenariat entre « Cartooning » et le Département.


Je t’échange ton chef étoilé contre une statue !

Mercredi 1er juin, c’était bombance au collège Georges-Politzer de Bagnolet. Le seul chef étoilé de Seine-Saint-Denis, Jean-Claude Cahagnet, y a fait la cuisine pour les 600 convives de l’établissement. Le tout part d’une idée de Nicolas Floc’h, un artiste qui aura passé un an en résidence au collège, à l’initiative du Département. Bon appétit bien sûr !


Au côté des anges-gardiens de la lutte anti-crue

Vendredi 3 juin, l’ensemble des agents de la Direction de l’eau et de l’assainissement était sur le qui-vive suite aux risques d’inondations qui concernent aussi la Seine-Saint-Denis.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 390