La Seine-Saint-Denis obtient des garanties et reste mobilisée

le 13 juin 2018

A la suite de la publication de rapports des inspections générales qui préconisaient de revenir largement sur les héritages olympiques du dossier de candidature de Paris 2024, j’avais réaffirmé, comme l’ensemble des élus, ma volonté que la Seine-Saint-Denis ne devienne pas la variable d’ajustement et que l’ambition de la candidature que nous avons portée ne soit pas revue au risque de la dénaturer.

Si je partage bien évidemment la nécessité de maîtriser les budgets, il est aussi impératif d’envisager les futurs JOP 2024 comme un projet exceptionnel permettant de développer durablement le territoire et de combattre les inégalités : c’est le sens des engagements forts, y compris financiers, que le Département de la Seine-Saint-Denis a pris.

Après plusieurs semaines d’un travail sérieux lors duquel nous avons fait de nombreuses propositions et nous avons porté des exigences fortes, nous sommes parvenus à préserver cet héritage olympique et même à l’améliorer, car nous devons travailler pour les 30 ans à venir et non pour seulement 30 jours de compétition.

Ainsi le protocole qui sera signé le 14 juin à l’issue des bureaux de la Solidéo et du COJO préserve notamment l’essentiel du village olympique mais aussi du village des Médias, pourtant particulièrement ciblé par le rapport des inspections. Nous avons obtenu notamment le maintien des principaux éléments de ce véritable projet urbain. Nous aussi obtenu notamment que le financement nécessaire à la dépollution du terrain des Essences en vue de sa renaturation soit plus que doublé, ce qui est une bonne nouvelle pour ce projet à forte valeur ajoutée environnementale qui agrandira à terme le parc Georges-Valbon.

Nous avons aussi obtenu des avancées sur les équipements aquatiques. Outre la préservation de la piscine de Marville, du centre Olympique aquatique, des bassins d’entrainements, une enveloppe nouvelle spécifiquement dédiée au plan piscine départemental, à hauteur de 15 millions d’euros, est une bonne nouvelle pour la Seine-Saint-Denis dans son ensemble : ce sujet dont j’ai fait une priorité semble avoir enfin été entendu, car on ne peut pas accepter d’organiser des Jeux olympiques dans un territoire où 1 enfant sur 2 qui entre en 6ème ne sait pas nager. Je souhaite que ces financements soient mobilisables avant 2024, que d’autres partenaires comme la Région s’y joignent, et j’attends surtout qu’ils soient accompagnés d’un engagement fort de l’Etat sur les actions d’apprentissage et le "savoir-nager" . Il faut accélérer la mise en place de ces dispositifs, qui ont des résultats, sans attendre 2024.

Avec toutes les forces vives de la Seine-Saint-Denis réunies dans « la Fabrique » que nous lançons aujourd’hui, je continuerai dans les mois qui viennent à porter ces exigences et à mobiliser le Département pour qu’elles soient tenues.

Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

Contact presse :
Cabinet présidence du Département de Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

Le Département se mobilise pour que l’héritage des Jeux bénéficie aux habitant.e.s. Découvrez notre rubrique Seine-Saint-Denis territoire des Jeux avec de nombreux articles.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380