Inauguration de la RD 28 à Pierrefitte-sur-Seine

Les rues d’Amiens et Émile-Zola font peau neuve.

Vendredi 7 février à 16 heures, Stéphane Troussel, Président du Conseil général, a inauguré la requalification des rues d’Amiens et Émile-Zola réalisée dans le cadre de l’aménagement de la RD28 à l’Est et de l’ex-RN1.

La rue d’Amiens à Pierrefitte-sur-Seine et à Stains a été élargie et requalifiée, afin d’intégrer de nouveaux modes de déplacement : transports en commun en site propre et pistes cyclables.

Ces travaux permettent de donner une identité urbaine forte dans un quartier en pleine mutation, de conserver une présence végétale maximale et d’animer le site par la présence temporaire de l’eau.

Le coût global s’élève à 18,5 millions d’euros. Le Département a consacré 6 millions d’euros à cette requalification. Inscrite au contrat particulier Région/Département, cette opération a bénéficié de la participation du Conseil régional à hauteur de 8 millions d’euros. La communauté d’agglomération de Plaine Commune a également participé à son financement.

Ces travaux ont été réalisés dans le cadre de la troisième phase de l’aménagement de la RD28 à l’est de l’ex-RN1.

Inauguration de la RD 28

Requalification des rues d’Amiens et Émile-Zola
En présence de :
Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis
Jean-Paul Huchon, Président du Conseil régional
Corinne Valls, Vice-Présidente chargée des transports, de la voirie et des déplacements
Patrick Braouzec, Président de Plaine-Commune
Michel Fourcade, Maire de Pierrefitte-sur-Seine, Conseiller général
Michel Beaumale, Maire de Stains
Azzedine Taibi, conseiller général de Stains

- Quand : Vendredi 7 février 2014 à 16h
-  : 102 rue d’Amiens - Pierrefitte-sur-Seine

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 370