In Situ, artistes en résidence dans les collèges

le 14 septembre 2017

Les artistes en résidences dans les collèges pour l’année 2018/2019.

 JAKUTA ALIKAVAZOVIC – LITTÉRATURE

ETABLISSEMENT : COLLÈGE PIERRE DE GEYTER À SAINT-DENIS

Jakuta Alikavazovic est auteure de quatre romans : Corps volatils, prix Goncourt du Premier Roman 2008, Le Londres-Louxor, La Blonde et le Bunker et, en 2017, l’Avancée de la nuit qui a reçu un très bel accueil public et critique. En 2013-2014, elle a été pensionnaire de la villa Médicis à Rome. Elle est également traductrice de l’anglais.
Elle va poursuivra un travail romanesque autour du frisson, en essayant de concevoir l’histoire d’une « hantise » moderne. Pour la première fois, elle souhaite se confronter directement au genre fantastique. Elle ne sait pas encore quelle forme prendra ce texte : réécriture d’un classique ? Récit original ? Nouvelles, traversées de « fantômes » littéraires ? Elle aimerait que ce nouveau texte puisse aussi se lire comme un état des lieux de notre rapport contemporain au frisson. Elle associera les élèves à ce travail, leur montrera comment se déroulent la préparation et la conception d’un projet d’écriture, mais aussi s’inspirera de la façon dont eux-mêmes définissent cette émotion et composent avec elle. Ils créeront « La bibliothèque de la peur idéale », la « maison hantée » contemporaine et le « musée des peurs » qui pourront donner lieu à une exposition littéraire conçue avec les élèves.

La Maison des Écrivains et de la Littérature est la structure culturelle associée à la résidence.

 VICTOR THIMONIER - THEATRE

ETABLISSEMENT : COLLÈGE LAVOISIER À PANTIN

La compagnie Des Temps Blancs, créée en 2013 par Victor Thimonier, travaille une matière textuelle et poétique d’aujourd’hui. Elle développe un rapport singulier à la langue comme matériau en travaillant sur la choralité, la tonalité et la prosodie. La compagnie est lauréate du prix du jury à l’unanimité du Festival Nouvelles Ondes organisé par le théâtre du Fil de l’Eau en 2017 pour le projet Le Mont Analogue.

Dans le cadre de la résidence, la compagnie tentera de transcrire les mouvements de l’œuvre Le Mont Analogue au sein d’ateliers et d’installations dans l’établissement, pour stimuler le développement de l’imaginaire et la sensibilité géographique des élèves.

Les personnages du spectacle et les élèves, membres à part entière de la cordée, liront des cartes, écriront collectivement des compte-rendus d’expédition, donneront à voir les spécificités de ce territoire : paysage, géologie, histoire. Mais ils devront également expliquer les mystères qui entourent l’existence du Mont Analogue, justifier qu’on ne puisse pas le voir, créer les conditions physiques et magiques pour le découvrir…

Le Théâtre au fil de l’eau de Pantin est la structure culturelle associée à la résidence.

 PIERRE TONACHELLA, - CINÉMA DOCUMENTAIRE

ETABLISSEMENT : COLLÈGE GEORGES POLITZER À LA COURNEUVE

Après une licence en philosophie, Pierre Tonachella suit le Master de réalisation de documentaire de création à Lussas. Son premier long métrage documentaire,« Jusqu’à ce que le jour se lève », est sélectionné en compétition au festival international du Cinéma du réel 2018 au Centre Georges Pompidou. Son cinéma explore la lointaine périphérie des villes. Il questionne le territoire où il a grandi, la jeunesse qui y habite et l’avenir incertain de ses amis. Il propose de mener sa résidence autour de la réalisation de son second film où il alternera phases d’écriture, de tournage et de montage en partage avec les collégiens.

Il mènera un travail en trois phases : une approche subjective du cinéma documentaire, un partage autour de la réalisation du film en cours en demandant aux élèves de raconter leur espace géographique quotidien comme s’ils écrivaient une carte postale, avec du texte, mais surtout avec des sons et des images et, enfin, un assemblage, une mise en forme de la matière récoltée pour parvenir à la réalisation d’un ou plusieurs documentaires.

Périphérie est la structure culturelle associée à la résidence.

 ALICE LALOY - MARIONNETTES

ETABLISSEMENT : COLLÈGE INTERNATIONAL À NOISY-LE-GRAND

Alice Laloy, directrice artistique de la compagnie, écrit ses spectacles avec des images, du son, des marionnettes, de la lumière, des acteurs, des machines, des matériaux, de la peinture, de la musique et du texte. Elle écrit sans imposer de rapport hiérarchique entre ces outils. Pour elle, écrire, c’est physique et mécanique. Elle bâtit ses spectacles sur des dramaturgies non-narratives. La forme surgit plus qu’elle n’est devancée.

La compagnie développe au cours de la saison 2018-2019, trois projets, avec des moyens et outils pluriels (théâtre, photographie, performance). Il s’agit de : Ça Dada, spectacle qui part du mouvement artistique et révolutionnaire Dada, qui permettra aux élèves de traverser sans hiérarchie et sans frontière les sciences et les arts, d’explorer par le même coup la politique et dans la foulée les arts plastiques et la typographie ; Pinocchio(s), un projet photographique en dialogue avec la forme contemporaine des marionnettes réalistes – les élèves expérimenteront alors un travail corporel autour des postures animé/inanimé ; enfin, À poils, une création adressée au jeune public dans le cadre de laquelle les élèves se questionneront sur la rencontre spectateurs/ acteurs et qui deviendra le prétexte à la fabrication in situ d’une « poilosphère ».

Le Théâtre de la Marionnette à Paris est la structure culturelle associée à la résidence.

 CYRIL HERNANDEZ - MUSIQUE

ETABLISSEMENT : COLLÈGE ROMAIN ROLLAND À TREMBLAY-EN-FRANCE

Les créations de Cyril Hernandez, compositeur, improvisateur, multi-instrumentiste, interprète, plasticien sonore au sein de la Truc, combinent l’écriture musicale contemporaine avec celle des arts numériques, mêlent art de la scène et arts plastiques, et jonglent avec les rythmes. Sa prochaine création, Cosmophonie, est une création protéiforme qui s’interroge sur ce qui, de l’univers, vibre en nous. Cosmophonie associe musique, image, science, lumière et mouvement. Elle compose un “univers” original, grâce à une écriture artistique multisupports. Cet univers se déploie à travers un spectacle-performance, des installations sonores et visuelles, et des interventions collaboratives dédiées à l’espace public.
Les élèves parcourront Cosmophonie en trois temps : le premier consacré à la création sonore avec plusieurs ateliers prévus à la Philharmonie de Paris ; le deuxième consacré à l’exploration collective du potentiel créatif de leur corps en mouvement ; le troisième consacré à la thématique de l’autoportrait, grâce à des réalisations photographiques.

Le Lieu Mains d’œuvres est la structure culturelle associée à la résidence.

 THOMAS CHOPIN – DANSE

ETABLISSEMENT : COLLÈGE JEAN-PIERRE TIMBAUD À BOBIGNY

La Compagnie L’Infini turbulent a été créée en 2012. Elle développe le travail artistique du chorégraphe Thomas Chopin. Ses principales influences sont les cultures populaires et les sciences humaines et sociales. Elle a l’ambition du sens, de l’énergie et du jeu à travers le mouvement et l’écriture scénique.

La Compagnie et Thomas Chopin sont engagés sur trois projets de création sur la saison 2018-2019 : Insurrection, pièce chorégraphique pour cinq danseurs qui permettra de travailler avec les élèves sur les prises et les occupations d’espaces, sur le poids des corps et leur soulèvement, le contact des corps dans la masse, les gestes de révolte, les émotions et les revendications ; Chair de la chair, pièce chorégraphique pour deux danseurs qui permettra de travailler sur les rapports parents-enfants, les contacts physiques entre violence et tendresse, les états de crise, l’affirmation de soi, le devenir adulte ; et La Montagne, solo clown-danse qui permettra de travailler sur la présentation de soi devant un public, de trouver de l’assurance face aux autres, de faire l’expérience du trac, de trouver de la distance par l’humour.

Les rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis sont la structure culturelle associée à la résidence.

 JAGIENKA CIUCHTA - ARTS VISUELS

ETABLISSEMENT : COLLÈGE JACQUES PRÉVERT À NOISY-LE-SEC

Jagienka (Jagna) Ciuchta est diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Poznan en Pologne. Actuellement, elle mène une recherche doctorale sous l’intitulé « Exposition et ses objets liquides » à l’Université Paris Sciences et Lettres. Les situations d’exposition sont des laboratoires où elle déploie son travail artistique, à travers l’emploi des différentes pratiques liées à la présentation des œuvres d’art : elle construit des scénographies d’expositions et elle les transforme.

Le point de départ de son travail en cours est le poème d’Alison Knowles, The House of Dust, qui se compose de quatrains, produits par un logiciel qui puise dans quatre listes de phrases et associe virtuellement des possibilités autour de la notion d’habitat. Jagna Ciuchta proposera aux élèves une réflexion autour de la notion « d’œuvre d’art » en les invitant à choisir une œuvre d’art relevant de leur quotidien, à la photographier puis à la déplacer au sein du collège en inventant une scénographie pour cette œuvre, pour la photographier de nouveau.

La Galerie de Noisy-le-Sec est la structure culturelle associée à la résidence.

 LES TRÉTEAUX DE FRANCE - THÉÂTRE

ETABLISSEMENT : COLLÈGE JEAN MOULIN À AUBERVILLIERS

Le Centre dramatique national Les Tréteaux de France est une structure itinérante qui a pour missions la création et la diffusion d’œuvres théâtrales sur l’ensemble du territoire national.

Céleste gronde est la prochaine création des Tréteaux de France. Au travers de situations quotidiennes, cette pièce éclaire les dérives de la surveillance consentie accrue. Du sol au plafond, la maison connectée, dénommée HOMI, parle. HOMI encadre toutes les activités de Céleste 10 ans ; car, pour chaque activité, il existe une application pour planifier, enregistrer, évaluer. Les élèves, accompagnés des artistes, se questionneront sur les rapports que nous entretenons avec ces algorithmes androïdes, à l’intelligence artificielle.

La résidence In situ suivra les temps de préparation du spectacle : des premières réunions entre les collaborateurs artistiques en septembre 2018 à la création prévue en avril 2019. Les élèves prendront part à tout le processus de création et créeront en parallèle leur propre pièce sur les mêmes thématiques : comment le théâtre permet de nous rendre libres et imaginatifs ? Les élèves questionneront ainsi par la pratique les sujets abordés dans la pièce : de l’écriture de leurs saynètes en passant par les questions techniques, les costumes et le décor, pour finir par une restitution de leur travail en fin d’année scolaire.

 MATHILDE BURATTI - ARCHÉOLOGIE

ETABLISSEMENT : COLLÈGE GEORGES POLITZER À BAGNOLET

Mathilde Buratti est anthropologue, spécialisée dans l’étude des productions symboliques. Elle a obtenu son doctorat en archéologie, ethnologie, préhistoire en 2016. Depuis 2015, elle est membre ou porteuse de projets collectifs concernant l’étude de la couleur : pour la ComUE HeSam avec le projet les couleurs dans les créations artistiques africaines de la Préhistoire à nos jours dont le premier livre est sorti en décembre 2016. Elle mènera avec les élèves du collège une nouvelle recherche concernant les jeux chromatiques des grottes ornées en France de la fin du Paléolithique.

L’objectif consiste à permettre aux élèves d’une classe de 5e section d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) d’aller voir par eux-mêmes le monde scientifique dans lequel évolue Mathilde Buratti. F93 pilotera un parcours atypique pour les élèves en trois temps : d’abord des visites de grottes, un travail de terrain en compagnie de la chercheuse, pendant trois jours, au sein de répliques célèbres comme Chauvet ou Lascaux ; puis les élèves disposeront de véritables temps de recherche : en participant à des protocoles d’études (manipulation d’échantillons de matières colorées, analyses de chromatismes, d’objets issus de fouilles récentes, classification, etc.) en laboratoire ; enfin, les élèves auront la possibilité de reconstituer à échelle 1 une partie de grotte qu’ils auront visitée et étudiée (reprise des reliefs, des symboles, du bestiaire, des fresques colorées).

F93 est la structure culturelle associée à la résidence.

 VALÉRIE FROSSARD - PHOTOGRAPHIE

RÉSIDENCE ITINÉRANTE

Dans le cadre de In Situ, une résidence itinérante circule entre les établissements où se déroulent les autres résidences. C’est en quelque sorte la « résidence des résidences » dans la mesure où il s’agit de « documenter », à travers un projet lui-même artistique, les démarches engagées par les artistes présents dans les établissements concernés.

Valérie Frossard a étudié la photographie à la Haute École d’Art et de Design (HEAD) puis à la School of Design (University of Pennsylvania) à Philadelphie.
Son travail personnel explore les relations entre réalité et fiction, vérité et mensonge, possible et impossible. Ses images, soigneusement mises en scène, questionnent les conceptions du soi, de l’identité, des stéréotypes. Elle développe différents procédés participatifs, avec pour moteur la volonté de créer à la rencontre de l’autre, en co-construction, afin de révéler la part d’intime et d’imaginaire tapie en chacun.
Dans le cadre de sa résidence itinérante, elle souhaite prendre comme angle d’étude l’élément qui relie les artistes : leur statut de créateur. Qu’est-ce qu’un artiste ? Est-il possible d’en donner une définition, d’en dégager une sorte d’archétype ?

Pour ce faire, elle deviendra elle-même une sorte de personnage fictionnel, photographe à mi-chemin entre le détective et le narrateur omniscient. Elle envisage d’avoir recours à différents protocoles de collecte d’informations, qu’elle répétera dans le cadre des neuf résidences. Ces protocoles seront pour majorité réalisés en co-construction, soit avec les élèves et les enseignants, soit avec l’artiste en résidence, voire avec tous les protagonistes en même temps.

En fin d’année, elle compilera, sélectionnera et réarrangera les productions, afin de réaliser un petit ouvrage : un livret à mi-chemin entre le livre d’artiste et le carnet du détective, comme une tentative de réponse poétique et abstraite.

PDF - 290.9 ko
La charte In Situ
PDF - 4.2 Mo
In Situ 2018-2019
À LIRE AUSSI

Seine-Saint-Denis 2024

Pour répondre à ceux qui la dénigrent ou qui voudraient la rayer de la carte, la Seine-Saint-Denis a choisi de démontrer son utilité au sein de la métropole du Grand Paris. Territoire au cœur des futurs JO de 2024, mais aussi de nombreuses initiatives sociales et associatives, il affiche sa vitalité et son dynamisme dans une campagne lancée le mercredi 21 mars. VIDÉO de Stéphane Troussel et EXPLICATIONS.


La Seine-Saint-Denis veut les Jeux !

Tous les articles en lien avec la candidature de Paris et la Seine-Saint-Denis pour l’organisation des JOP 2024.


Sport et loisirs pour tous

Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis met en œuvre une politique publique innovante en faveur du sport et des loisirs, qu’il considère comme une source essentielle d’épanouissement personnel et d’enrichissement collectif.


Une politique sportive et de loisirs ambitieuse

Depuis près de trente ans, le Département accompagne les évolutions du mouvement sportif et celles des acteurs de l’éducation populaire et des loisirs, dans un échange permanent et fécond.


Le SCOTES pour des aménagements sportifs durables

Parce que les pratiques sportives ont évolué, le Département met en place un Schéma de Cohérence Territoriale des Équipements Sportifs (SCOTES) pour rétablir l’égalité des territoires.

0 | 5 | 10

À LA UNE
Dans  Éducation artistique et culturelle

In Situ, artistes en résidence dans les collèges

Onze nouveaux artistes en résidence dans les établissements scolaires du département.


Collège au cinéma

Collège au cinéma est une action pédagogique, artistique et culturelle qui permet un apprentissage du regard et une ouverture sur le monde, en proposant des projections en salle de cinéma.


Parcours d’Education aux Regards

Le dispositif a pour spécificité d’interpeller la diversité des cultures numériques contemporaines et de provoquer la rencontre avec des champs artistiques variés.


1% artistique dans les collèges

Le Département rend l’art accessible à tous grâce au 1% artistique dans les collèges.


La Culture et l’Art au Collège

Ce plan répond à une préoccupation forte du Département en matière d’éducation artistique et culturelle.