Grand Paris Express : les annonces du Premier ministre ne sont ni en adéquation ni à la hauteur de l’ambition et des enjeux de ce projet

le 22 février 2018

S’il confirme l’engagement de l’État à réaliser le Grand Paris Express dans sa totalité, le nouveau calendrier dévoilé ce matin par Édouard Philippe n’est pas à la hauteur des enjeux. Nous avons besoin de ces nouvelles infrastructures car elles sont la concrétisation du rattrapage du développement du réseau de transports en banlieue, dans lequel l’État a trop longtemps sous-investi. Plus qu’un projet de transport, il s’agit d’un projet de développement de territoire et de réductions des inégalités, dont la Seine-Saint-Denis mais aussi l’Île-de-France ont plus que jamais besoin.

Le Premier ministre vient d’annoncer le report du calendrier du Grand Paris Express (GPE) lors d’une conférence de presse. Ces annonces font suite au lancement il y a moins d’un mois de ce que l’on ne peut qualifier de « concertation » : interdiction d’aborder la question du financement (qui est tout de même cruciale dans ces arbitrages !), refus de transmettre les documents, réunions calées puis annulées puis recalées…

Sur la forme comme sur le fond, je ne peux que regretter le fait que l’État n’ait pas mesuré l’ambition de ce projet d’une ampleur inédite et l’importance de tenir les délais. Si nous avions disposé de l’ensemble des éléments, nous aurions pu faire des propositions permettant d’optimiser le calendrier autrement que sous le seul prisme financier.

Plus qu’un projet de transport, c’est un projet de développement de territoire et de réduction des inégalités. En ce sens, mais aussi par son ampleur et sa localisation en banlieue, pour la banlieue, ce projet est ambitieux mais aussi crucial pour l’Île-de-France.

Ce nouveau calendrier, bien qu’il confirme l’engagement de l’État à réaliser le GPE dans sa totalité et maintient l’objectif de 2030, n’est ni en adéquation ni à la hauteur de l’ambition et des enjeux de ce projet.

Bien que la desserte des sites olympiques soit en grande partie confirmée, elle ne l’est pas en totalité. Or, ne pas réaliser gare du Bourget Aéroport pour les Jeux revient à tuer le village des Médias et l’opportunité d’urbaniser un quartier aujourd’hui trop routier. Cette desserte n’est pas une option technique, c’est une nécessité.

Si l’arrivée de la gare à Clichy-Montfermeil a été bien été confirmée pour 2024, quid du reste de la ligne ? Phaser la ligne 16 et ne pas la relier à la 15 sud serait un véritable non-sens en termes d’exploitation et financiers : les Clichois qui voudront rejoindre l’aéroport d’Orly seront obligés… de repasser par Paris ! Pour rejoindre le centre universitaire de Marne-la-Vallée, ils devront prendre 2 bus et faire 32 stations avant d’arriver à la gare de Noisy-Champs contre 2 stations de métro avec la 16 bouclée !

De même, l’arrivée de la ligne 17 à Roissy en 2030 est une mauvaise nouvelle pour le territoire. Cette ligne permet de répondre aux besoins de desserte locale du bassin d’emplois de Roissy, ce qui n’est pas le cas du CDG Express privilégié par le Gouvernement.

Enfin, le décalage de 5 ans pour l’arrivée de la 15 Est à Rosny-Bois-Perrier en connexion avec la ligne 11 est également une mauvaise nouvelle pour ce territoire peu desservi en mode lourd.

Ces décalages sont d’autant plus graves que plusieurs projets de transports du quotidien - pourtant inscrits au CPER - n’avancent pas, faute d’engagements suffisants de l’État et la Région. En Seine-Saint-Denis, ce sont le prolongement du T1 à l’Est, le bus à haut niveau de service TZEN3 sur l’ex-RN3, la phase 2 de la T11 express - dont la phase 1 tout juste inaugurée connaît déjà des difficultés d’exploitation - ou encore le T8 sud devant rejoindre la gare Rosa Parks à Paris.

Nous avons besoin de ces nouvelles infrastructures. Elles sont la concrétisation du rattrapage tant attendu du développement du réseau de transports en banlieue, dans lequel l’État a trop longtemps sous-investi. Nous ne pouvons plus attendre !


Contact presse :
Cabinet présidence du département de Seine-Saint-Denis : Juliette Griffond (01 43 93 93 47)

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Le Département de Seine-Saint-Denis et CRIT signent une charte en faveur de l’emploi local

Stéphane TROUSSEL, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, et Nathalie JAOUI, Présidente Directrice Générale de CRIT, ont signé mardi 19 novembre une charte en faveur de l’emploi, dans le cadre du salon Handiforum qui se tient à la MC93 de Bobigny. En s’associant encore davantage, CRIT et le Département de Seine-Saint-Denis poursuivent ainsi leurs efforts en faveur de l’emploi local.



Les Départements franciliens et la Ville de Paris ne siègeront plus à la Société du Grand Paris jusqu’à nouvel ordre

Les 7 Départements d’Île-de-France et la Ville de Paris dénoncent les mensonges et refusent le racket organisé par l’Etat et annoncent qu’ils ne siègeront plus au conseil de surveillance de la SGP jusqu’à nouvel ordre !


Le blocage du FS2I par l’administration d’État cache-t-il un chantage du gouvernement ?

En 2019, les 7 Départements d’Ile-de-France ont décidé de la création d’un outil puissant et inédit de développement et de solidarité : le Fonds d’Investissement Interdépartemental d’Ile-de-France, ou FS2I, qui représente plus de 40 millions d’euros pour la Seine-Saint-Denis en 2019. Aujourd’hui, le fonctionnement du FS2I est bloqué par le gouvernement, au détriment de nombreux projets d’intérêt général sur notre territoire. Cette attitude est inacceptable : on ne peut pas « en même temps » exhorter les collectivités à travailler ensemble, et les bloquer quand elles le font.


Prostitution des mineur.e.s : le Département de Seine-Saint-Denis publie une étude inédite

L’observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis a révélé mardi 12 novembre les résultats d’une étude inédite sur la prostitution des mineur.e.s dans le département. Présentée à l’occasion d’une journée professionnelle contre les violences faites aux femmes à la MC93 de Bobigny, cette étude met en avant les problématiques inhérentes à la prostitution des mineur.e.s, les lacunes dans la prise en charge des victimes, et les pistes pour améliorer cette dernière. Elle rappelle plus globalement l’enjeu essentiel de lutter dès le plus jeune âge contre les violences faites aux femmes, alors que les résultats du Grenelle national contre les violences conjugales seront connus fin novembre.


Lancement d’un Budget Participatif « écolo » en Seine-Saint-Denis !

Le Département de Seine-Saint-Denis annonce le lancement de son premier budget participatif, alors que s’ouvrent ce jeudi 6 novembre à Paris les 4èmes rencontres nationales des Budgets Participatifs. Dédié aux enjeux écologiques, ce budget permettra aux citoyen.ne.s de Seine-Saint-Denis de faire émerger dans chaque canton des actions en faveur de l’environnement, financées par le Conseil Départemental.


La « Scène des Fiertés » nouvelle pâtisserie symbole du Département de Seine-Saint-Denis

16 pâtissier.e.s se sont réuni.e.s mercredi 6 septembre à Bobigny au sein des cuisines de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du 93 pour créer LA pâtisserie qui devient un nouveau symbole de la Seine-Saint-Denis. Imaginé par le In Seine-Saint-Denis, la marque territoriale du Département, le concours « Pâtisse ta Seine-Saint-Denis » présidé par Guillaume Gomez, Chef des Cuisines de l’Élysée, a distingué la « Scène des Fiertés ».


Répression du 17 octobre 1961 : Stéphane Troussel demande une journée nationale de commémoration

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, assistera ce matin, jeudi 17 octobre, à l’invitation d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, à l’inauguration d’une stèle commémorative en mémoire des victimes du 17 octobre 1961 à Paris. Il tient à réaffirmer dans ce cadre la nécessité d’aller plus loin dans la reconnaissance par l’État français de ces événements tragiques, en faisant du 17 octobre une journée nationale en hommage aux victimes de la répression.


La Seine-Saint-Denis ouvre le bassin du Rouailler, infrastructure majeure pour l’assainissement et la « baignabilité » du canal de l’Ourcq et de la Seine

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, Bélaïde Bedreddine, Vice-président en charge de l’écologie urbaine, Paticia Blanc, Directrice Générale de l’Agence Seine-Normandie, et Pierre-Yves Martin, Maire de Livry-Gargan, ont inauguré mercredi 9 octobre à Livry-Gargan (93190) le bassin du Rouailler. Cette immense infrastructure de rétention et de filtrage des eaux marque une avancée majeure pour la lutte contre les inondations dont peuvent être victimes les riverain.e.s, mais aussi pour l’amélioration de la qualité de l’eau du canal de l’Ourcq et de la Seine.


Le Département de Seine-Saint-Denis et l’Education Nationale forment les personnels de collèges à la lutte contre le sexisme

Mardi 8 octobre avait lieu à Bobigny une journée de formation à la lutte contre le sexisme à destination des professionnel.le.s des collèges de Seine-Saint-Denis. Organisée par l’Observatoire départemental des violences envers les femmes, en partenariat avec la Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale de Seine-Saint-Denis (DSDEN), cette journée a permis de donner au personnel des collèges des clés de compréhension et des outils d’aide à destination du public jeune qu’ils encadrent.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 410