Fonds de soutien RSA : le compte n’y est pas !

Alors que le projet de loi de finances rectificative pour 2017 est en cours d’examen au Parlement, j’ai souhaité alerter les parlementaires sur le montant du fonds de soutien aux Départements les plus en difficulté et particulièrement à la Seine-Saint-Denis dans le cadre du paiement du RSA à la CAF.

Si le Premier ministre avait eu l’occasion d’évoquer un fonds d’urgence pour 2017 devant l’Assemblée des départements de France, son montant nous était inconnu jusqu’à sa présentation au Parlement.

Cette année, alors que les Départements sont encore touchés par l’augmentation du RSA et son impact sur les budgets, le fonds n’est que de 100 millions d’euros, et la Seine-Saint-Denis ne serait destinataire que de 9,6 millions d’euros !

Et le compte n’y est pas ! En 2016, le fonds avait été établi par le précédent gouvernement à 200 millions d’euros, et la Seine-Saint-Denis avait reçu 24 millions d’euros. Qu’est devenue la priorité aux quartiers populaires pourtant promise par le Président de la République il y a quelques semaines à peine ?

Cette année, le Département de la Seine-Saint-Denis doit trouver 180 millions d’euros pour pallier la compensation toujours plus faible de l’allocation de solidarité nationale qu’est le RSA, et il nous manque au moins 20 millions d’euros pour pouvoir assurer le remboursement de la dernière mensualité à la CAF.

Les parlementaires, notamment les députés LREM de Seine-Saint-Denis, doivent se saisir de cette question, qui plonge les Départements les plus populaires dans des difficultés budgétaires supplémentaires, et être à la hauteur des enjeux ! C’est le sens du courrier que je leur adresse aujourd’hui.

Au-delà de ce fonds d’urgence qui ne répond pas au besoin, il devient désormais vital de trouver une solution pérenne au financement des allocations individuelles de solidarité.

Retrouvez le courrier adressé aux parlementaires en cliquant sur le lien ci-dessous.

Contact presse : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Développer les transports en Seine-Saint-Denis, c’est urgent

Nous sommes plus d’une soixantaine d’élu.e.s de Seine-Saint-Denis, de toutes les couleurs politiques, à signer une lettre destinée au président de la République pour le développement des transports sur notre territoire. Nous ne demandons pas l’aumône ; l’État doit seulement tenir ses engagements. Car développer les transports en Seine-Saint-Denis, c’est répondre à une triple urgence sociale, économique et environnementale, mais c’est aussi préparer l’avenir et concourir au développement de l’attractivité territoriale.


Semaine du développement durable : la Seine-Saint-Denis engagée

A l’occasion de la semaine du développement durable, avec Belaïde Bedreddine, vice-président en charge de l’Écologie urbaine, nous avons souhaité mettre en exergue plusieurs politiques menées par le Département à destination de ses agent-e-s, mais aussi plus largement à destination de tou-te-s les habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis.








Le département de la Seine-Saint-Denis ouvre un lieu d’écoute et d’orientation pour les agent-e-s victimes de violences

Le département de la Seine-Saint-Denis s’efforce d’être en première ligne dans la lutte contre toutes les formes d’inégalité et de violences qui s’exercent en particulier à l’encontre des femmes, y compris au sein de notre collectivité. Nous avons donc souhaité ouvrir à destination de nos agent-e-s une permanence d’accueil et d’écoute, assurée par le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF 93).


0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 340