Équipements sportifs, pas loin du hors-jeu

Contrairement à ce que ses résultats sportifs pourraient laisser croire la Seine-Saint-Denis manque actuellement de gymnases, de stades, de piscines...

Si le sport se limitait à ce que l’on voit à la télévision, la Seine-Saint-Denis figurerait sur le podium des territoires les plus sportifs.

Le Stade de France à Saint-Denis accueille les grands événements de l’Hexagone : finales nationales de football et rugby, matches internationaux, meeting d’athlétisme Diamond League…

Beaucoup de grands noms du sport français viennent de Seine-Saint-Denis : Teddy Tamgho, Eloyse Lesueur, Steve Guenot, Audrey Tcheuméo, Jean-Marc Mormeck, la liste est trop longue surtout si on ajoute la kyrielle de footballeurs que notre département fournit aux championnats français et étrangers. Mais si l’on quitte l’écran des yeux et que l’on regarde par la fenêtre, le panorama se gâte !

En matière d’équipements sportifs, la Seine-Saint-Denis est en queue de peloton des départements de la métropole. Alors que la moyenne nationale est de 49 équipements pour 10 000 habitants, notre département n’en compte que 16,2, soit trois fois moins. Aujourd’hui, il existe 2419 équipements sportifs en Seine-Saint-Denis. Pour rattraper la moyenne nationale, il faudrait en construire 4400 autres, soit 440 équipements par an pendant 10 ans ! La situation ne s’améliore pas si l’on regarde de plus près. 45% des équipements sont âgés de plus de trente ans et nécessitent des travaux réguliers et des réhabilitations coûteuses. On manque de piscines, de plateaux d’Éducation Physique et Sportive, de terrains de football et rugby synthétiques, de salles spécialisées, de courts de tennis couverts… Quant aux Activités Physiques de Pleine Nature (APPN) du type course d’orientation, VTT, voile, alpinisme etc, elles ne sont pas faciles à pratiquer dans le département le plus urbanisé de France !

PNG - 52.5 ko

Dans ces conditions, pas étonnant que les pratiquants y soient si peu nombreux. La Seine-Saint-Denis ne compte que 12,3 licenciés pour 100 habitants, alors que le taux de l’Ile-de-France est de 20 et 24,2 au niveau national. Pourtant, notre département est le plus jeune de France ! Mais même à ce niveau, ça coince. D’après une étude de l’Institut Régional Du Sport, seulement 55% des Séquano-dionysiens âgés de 15 ans et plus ont une activité physique régulière contre 63 % dans le reste de la région et 65 % au niveau national.

à lire aussi

Erich Batailly

Pour le Président du Comité départemental olympique et sportif de Seine-Saint-Denis « Le SCOTES est le fruit d’un long travail mené par le CDOS 93 avec les acteurs du monde sportif pour promouvoir l’activité sportive sous toutes ses formes, du loisir occasionnel jusqu’au plus haut niveau... »


Le Département dans la course

Le Département soutient l’investissement des communes, propriétaires de 80% des installations sportives. Il possède également plusieurs équipements de grandes dimensions, gérés en régie et délégation de service public pour des sports aussi divers que le football, le rugby, les sports collectifs en salle, l’escalade, le golf ou l’équitation.


Le Plan de rattrapage des équipements sportifs

Ce Plan de Rattrapage des Équipements Sportifs constitue un élément de lutte contre les discriminations sociales et territoriales, tout en permettant une intensification et une diversification des usages.


21 équipements sportifs programmés

Dans le cadre du Plan Exceptionnel d’Investissement des collèges, vingt et un équipements sportifs sont programmés dont la construction de onze gymnases et d’une piscine. Ils pourront recevoir d’autres sportifs hors des horaires scolaires.


0 | 5