Enjeux de la présidence du Conseil de surveillance de la SGP : redonner au Grand Paris Express son ambition et faire primer les intérêts des habitant.e.s sur les arguties financières

le 6 septembre 2018

En repoussant aux calendes grecques certaines lignes, le gouvernement a porté un coup dur au projet du Grand Paris Express tant attendu et crucial pour nos Départements, notamment en Seine-Saint-Denis.

Il aura fallu un gouvernement qui se dise « ni de droite, ni de gauche » pour que les élu.e.s locaux.ales qui ont construit et porté ce projet n’aient plus voix au chapitre, y compris celles et ceux qui siègent au Conseil de surveillance.

Depuis un an, en effet, nous assistons à des prises de positions et de décisions unilatérales gouvernementales qui n’ont conduit qu’à une chose : affaiblir le projet. Reports, incertitudes sur la suite et sur la capacité à tenir l’objectif de 2030, voire même sur la réalisation du projet dans son ensemble, sont autant de mauvais signaux envoyés aux habitant.e.s qui seront les premier.e.s pénalisé.e.s.

Sacrifier le premier chantier d’Europe, le chantier du siècle pour notre pays, avec tout ce que cela implique en termes d’emplois, d’attractivité et de retombées économiques, véritable levier de réduction des inégalités territoriales, sur l’autel de l’austérité maastrichienne, c’est au mieux un manque d’ambition, au pire de l’inconséquence. C’est faire fi de l’essence même du Grand Paris Express.

Enrayer la spirale des reports et des renoncements, recréer la confiance avec les élu.e.s locaux.ales, redonner à ce projet son ambition en ayant comme fil conducteur les intérêts des habitant.e.s et non les arguties financières, tels seront les seuls enjeux et la seule mission du prochain président du Conseil de Surveillance de la Société du Grand Paris.


Contact presse :
Antoine Delangre-Marini / Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.

0 | ... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | ... | 420