E2C 93 : pour un vrai projet professionnel

En dix ans, les Écoles de la deuxième chance de Seine-Saint-Denis ont accueilli 3 400 stagiaires. L’École de la deuxième chance (E2C) n’a rien d’une école.

Pas de notes, mais une période d’essai de quatre semaines, pas de cours mais des ateliers, pas d’élèves mais des stagiaires, pas d’enseignants mais des formateurs.

La première a vu le jour à Marseille en 1997, une école sur mesure dédiée à la construction d’un vrai projet professionnel. En Seine-Saint-Denis, elles sont quatre (La Courneuve, Rosny-sous-Bois, Saint-Denis et Sevran) à remettre le pied à l’étrier de jeunes adultes (18-26 ans) déscolarisés depuis des mois, voire des années. Les stagiaires alternent entre une remise à niveau des savoirs de base et des stages en entreprise.

4000 sociétés, grands groupes et PME la soutiennent. « Les deux tiers des stagiaires trouvent un métier ou une formation en sortant », indique Mireille Weist, directrice de l’E2C 93.

Le Conseil général les soutient chaque année à hauteur de 450 000 euros.

à lire aussi

Le rôle des Missions locales

Sur les conseils d’amis, Anisah s’est rendue à la mission locale de Bobigny pour trouver une entreprise... et se retrouver au Canada.


Le Conseil général forme des jeunes

Le Conseil général va contribuer à créer 150 emplois d’avenir, 50 au sein de ses services (petite enfance, secteur social et environnement) et 100 au sein d’associations séquano-dionysiennes.


Youness, 33 ans, Bondy. Son métier ? Créateur d’entreprise.

À 21 ans, il a créé sa première entreprise. Depuis il enchaîne les succès : sept entreprises en douze ans dans des domaines très diversifiés.


Des solutions pour l’emploi des jeunes

CDI, formation diplômante, coaching, stages en entreprise, emplois d’avenir, tous les moyens sont bons pour entrer sur le marché du travail. Avec ou sans diplôme, le Conseil général trouve des solutions pour accompagner la génération des 20-30 ans. Youness de Bondy, Nathalie de Montreuil, Anisah de Bobigny et Julnet d’Épinay nous racontent leurs parcours vers l’emploi.