Disparition de Jacques Salvator

le 14 mars 2016

C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Jacques Salvator, fidèle et combatif élu socialiste de Seine-Saint-Denis, engagé dans les combats de la gauche depuis plus de 40 ans.

« J’avais rencontré Jacques en adhérant au Parti Socialiste en 1993. J’ai travaillé à ses côtés à Aubervilliers entre 1995 et 2001, j’ai beaucoup appris de cet infatigable militant, doté d’une grande culture politique et profondément attaché à sa ville, Aubervilliers qu’il aimait parcourir à vélo. Maire de 2008 à 2014, il s’est battu sans relâche pour transformer cette ville au service des Albertivilllariens.

Dès 1998, élu conseiller régional, il s’était battu pour prolonger la ligne 12 du métro jusqu’à Aubervilliers. La station Front Populaire, inaugurée en décembre 2012 au cœur d’un quartier en pleine croissance, symbolise l’apport de Jacques Salvator à sa Ville. Il a aussi défendu avec force l’implantation du Campus Condorcet montrant sa détermination à développer Aubervilliers. Maire audacieux et courageux, il s’est engagé dans des politiques sociales innovantes en faveur des plus fragiles. Il a fait de la lutte contre l’exclusion, contre les discriminations, pour l’accès aux droits et à la santé pour tous une priorité.

Chacun se souviendra de cet humaniste, aux yeux rieurs, à la réplique aiguisée. Chacun se souviendra de sa force de conviction dans nos débats passionnés. Jacques a été un militant engagé pour tous les socialistes de Seine-Saint-Denis mais au delà pour tous les élus locaux de ce territoire qui aiment sa richesse, sa diversité, sa jeunesse. Nous avions salué son courage et sa détermination face à la maladie.

La Seine-Saint-Denis perd l’un de ses défenseurs acharnés.

J’adresse à sa famille, à ses proches et particulièrement à sa femme Evelyne Yonnet, mes plus sincères condoléances. »

Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental
À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Loi Bourguignon le 6 mai à l’Assemblée nationale : contre les « sorties sèches » de l’aide sociale à l’enfance, les député.es auront-ils le courage d’agir ?

Aujourd’hui, les enfants et les jeunes de l’aide sociale à l’enfance comme leurs familles, au-delà de l’action volontariste de certains Départements comme celui de la Seine-Saint-Denis - qui accompagne déjà près de 1000 jeunes en contrat « Jeunes majeurs » en y consacrant 20 millions d’euros chaque année -, demandent que la République tienne concrètement et partout en France sa promesse d’égalité. Cela passe par un engagement fort de l’État aux côtés des Départements qui ne peuvent assumer seuls les dépenses de solidarité nationale.



Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380