Deux innovations au service de la lutte contre les violences faites aux femmes

Les Rencontres "Femmes du Monde" de l’Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis, dont la quatorzième édition s’ouvrira le jeudi 15 novembre 2018, sont un lieu de réflexion et d’échanges privilégié sur la lutte contre les violences faites aux femmes. L’édition 2018 donnera lieu à des annonces particulièrement intéressantes, avec l’ouverture prochaine d’un Lieu d’accueil de jour des jeunes femmes de quinze à vingt-cinq ans et l’extension du dispositif "Un toit pour elles".

Année après année, notre Département continue d’avoir un temps d’avance dans la lutte contre les violences faites aux femmes. En 2018, la quatorzième édition met en lumière les conséquences graves des violences faites aux femmes sur les enfants. Pour grandir, un enfant a besoin de sécurité, or ces violences sont source de peur et de souffrance et doivent donc absolument être combattues.

Stéphane Troussel a annoncé deux nouvelles mesures innovantes. Il s’agit d’abord de l’ouverture d’un lieu d’accueil de jour pour les jeunes femmes de quinze à vingt-cinq ans. L’étude réalisée par l’Observatoire montrant que les jeunes femmes sont les premières victimes des violences sexistes et sexuelles, nous avons donc eu l’idée d’ouvrir ce lieu, unique en France, qui accueillera des jeunes femmes victimes de violences dans l’espace familial (mariages forcés...) ou public (prostitution de mineures). Ceci afin de mieux les accompagner en leur fournissant l’accès à des soins, à une assistance juridique, à la contraception ou à l’IVG.

Ce projet multi-partenarial, co-porté avec la Ville de Bagnolet, la Ville de Paris, l’État et le Département de la Seine-Saint-Denis, fera l’objet de la signature d’une convention. Le lieu devrait ouvrir ses portes au printemps 2019, l’association "FIT une femme un toit" étant chargée de la gestion de la structure.

Stéphane Troussel a également annoncé l’extension du dispositif "Un toit pour elles" avec le projet "Logement Passerelle", témoignant d’un engagement accru du Département auprès des femmes en quête d’un nouveau logement.

Ce dispositif vise à faciliter l’accès au logement des femmes ayant trouvé refuge dans des associations. Pour faciliter leur installation pérenne, le Département fournira ainsi des logements dont il est propriétaire à disposition des femmes résidant en centre d’hébergement et prêtes au relogement. Il s’agit de "Logement passerelle", dont nous signerons la convention jeudi aux Rencontres de l’Observatoire, en partenariat avec les associations l’Amicale du Nid et SOS Femmes 93.

En parallèle, le nombre de logements pérenne mis à disposition par le bailleur Seine-Saint-Denis Habitat passera également de dix à quinze
, ceci afin de faciliter au mieux l’installation durable des femmes passées par le dispositif "passerelle".

Avec Pascale Labbé, conseillère déléguée chargée de l’égalité femmes-hommes et de l’Observatoire, nous sommes heureux que ces Rencontres "Femmes du monde" soient l’occasion d’aborder ces sujets de première importance.

"Création d’un lieu d’accueil de jour unique en France pour les jeunes femmes de 15 à 25 ans victimes de violences, mise à disposition de logements pour faciliter l’installation de femmes ayant quitté leur domicile, souvent avec des enfants... Des mesures innovantes qui placent encore le Département de la Seine-Saint-Denis comme précurseur dans la lutte contre les violences faites aux femmes, et dans l’accompagnement de ces dernières pour redevenir maîtresses de leur destin." Stéphane Troussel

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 370