Des solutions durables pour garantir une éducation de qualité à tous les enfants, en Seine-Saint-Denis comme ailleurs

le 6 novembre 2014

La situation de plusieurs dizaines d’enseignants stagiaires et de contractuels qui n’ont pas été payés depuis la rentrée de septembre, même si je la sais aujourd’hui quasi résolue, est venue mettre encore une fois un mauvais coup de projecteur sur l’Éducation en Seine-Saint-Denis.

Elle se rajoute à l’éternelle question du non remplacement des enseignants absents. A la mi-septembre, l’Académie de Créteil a fait appel à Pôle Emploi pour recruter 300 contractuels en raison du manque de candidats aux concours en Seine-Saint-Denis. A cette occasion, j’avais salué la promesse de la Ministre de l’Éducation de leur offrir une formation adéquate.

Alors que l’Académie de Créteil bénéficie enfin de nombreuses ouvertures de postes dans le cadre de la loi de Refondation de l’École, il faut maintenant trouver des solutions durables pour faire face à ces difficultés qui viennent affaiblir l’École publique en Seine-St-Denis.

Dans ce département, l’engagement des enseignants auprès des élèves est bien souvent formidable, les familles déposent chaque matin leurs enfants avec l’espoir de les voir s’épanouir et réussir. Nous ne pouvons pas baisser les bras sur la qualité de l’École publique.

Les acteurs qui œuvrent pour la réussite de l’École en Seine-Saint-Denis doivent se mobiliser pour recruter, former et stabiliser des enseignants sur notre territoire, qu’ils s’apprêtent à passer les concours ou soient déjà expérimentés.

Je suis disponible et déterminé pour réaliser avec l’Éducation nationale ce travail.

  • Communiquons davantage sur la richesse et la vitalité de ce territoire,
  • Étudions les mesures dérogatoires et innovantes pour mieux les recruter, pourquoi ne pas organiser un concours complémentaire pour les postes à pourvoir à Créteil dans les académies où les candidats sont bien plus nombreux ?
  • Trouvons les moyens de mieux les former, mieux les payer, mieux les accompagner dans l’accès au logement, aux transports…
  • Ayons le courage de réformer l’allocation des moyens par territoire pour qu’on prenne davantage en compte les réalités sociales comme le propose la Ministre de l’Éducation nationale.

Permettons enfin de cette manière que les jeunes de Seine-Saint-Denis aient accès au même service public d’éducation que partout ailleurs en France !
Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380