Déclaration de Stéphane Troussel

le 7 janvier 2015

Le Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis s’adresse aux habitant-e-s du département suite à l’interpellation mercredi 7 janvier 2015 d’agents d’un service départemental.

Mesdames et Messieurs,

Par voie de presse ou par le bouche à oreille, vous avez appris l’interpellation d’agents du Département ce matin, à la suite d’une suspicion de fraude sur des allocations de solidarité.

Ces interventions de la justice ne sont pas intervenues par hasard : elles font suite à une procédure d’audit interne que j’avais lancée et qui s’était achevée en mai dernier, et à la suite de laquelle j’avais pris la décision de saisir le procureur de la République de plusieurs plaintes et prendre une mesure de suspension administrative de plusieurs agents à titre conservatoire. Je veux souligner qu’en dépit de la gravité des actes commis, aucun usager régulier n’a été lésé des droits auxquels il pouvait prétendre.

Comme vous cependant, cette nouvelle m’a profondément choqué. Elle m’est insupportable, car elle traduit une atteinte à l’esprit de solidarité pour lequel je me bats au quotidien, mais aussi, elle jette l’opprobre sur le service public départemental à une échelle plus large. A ce titre, je souhaite que la justice puisse suivre son cours et que la culpabilité, si elle est avérée, s’ensuive de peines lourdes.

Ce que je veux aussi souligner en un tel moment où les approximations médiatiques et les instrumentalisations politiques peuvent apparaître, c’est que cette affaire ne doit pas nous conduire à douter de l’intégrité et de l’engagement de l’immense majorité des agents de la collectivité. Ce n’est pas le comportement probablement frauduleux de quelques-uns, qui auront abusé de leur position de responsabilité et de notre confiance, qui doit venir entacher l’honneur et la réputation de toutes celles et ceux qui, pour vous, font vivre le service public départemental au quotidien, et honorent ce faisant le pacte de solidarité qui nous unit les uns aux autres.

Je vous prie de croire, Mesdames et Messieurs, en l’expression de mes salutations sincères.

Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.


Le Seine-Saint-Denis se mobilise pour la Semaine Olympique et Paralympique à l’école

Inscrite de façon pérenne au programme, de l’Éducation nationale, organisée en lien avec le Comité d’organisation des Jeux (COJO) et le mouvement sportif, la Semaine Olympique et Paralympique est proposée chaque année dans toutes les écoles, établissements scolaires et établissements d’enseignement supérieur, pour tous les âges de la maternelle à l’université. Pour cette 3e édition, le Département de Seine-Saint-Denis et ses partenaires s’illustreront encore une fois par leur dynamisme et leur engagement.


Application du Logement d’Abord en Seine-Saint-Denis : l’innovation nécessite des moyens et de la cohérence de la part de l’Etat !

Alors que le 24ème rapport de la Fondation Abbé Pierre rappelle les inégalités révoltantes parmi la population française en matière de logement, la question d’un logement abordable pour toutes et pour tous n’a jamais paru aussi urgente.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 410