Décharges sauvages, la situation ne peut plus durer

le 13 septembre 2013

Le département de la Seine-Saint-Denis est un territoire où il y a trop de décharges sauvages, trop d’accotements, talus et échangeurs autoroutiers où les déchets s’accumulent. Gravats, produits dangereux, détritus de toutes sortes : ces déchets ne devraient pas faire partie de notre paysage.

Ces espaces relèvent généralement de la Direction Régionale et interdépartementale de l’Équipement et de l’Aménagement Île-de-France et ils sont littéralement laissés à l’abandon.

Au bout de combien de temps le terre plein central de l’A103 ou le demi échangeur entre l’A104-exRN2 auraient été nettoyés s’ils se trouvaient à Paris ou dans les Hauts de Seine ? Sans doute rapidement : ils semblent contenir de l’amiante.

Régulièrement les habitants, les acteurs économiques de la Seine-Saint-Denis nous disent que cette situation nuit gravement à l’image de notre territoire, à la qualité de la vie qu’on y mène et à l’attractivité de notre département. Sans parler des risques sanitaires…
Cette situation ne peut plus durer.

Chacun doit prendre ses responsabilités. Les usagers, bien sûr, mais aussi l’État.
C’est pourquoi j’ai décidé d’écrire et d’interpeller le préfet pour que l’État prenne, dans les meilleurs délais des dispositions pour que cela change.
Le Conseil général, lui, réalise régulièrement des opérations de nettoyage sur le réseau dont il a la charge.

Par ailleurs, ce dimanche 15 septembre, journée nationale de lutte contre les décharges sauvages, nous soutiendrons les bénévoles de l’association « Let’s do it » pour le nettoyage citoyen de deux sites, à Saint-Denis et à Clichy-sous-Bois.

Nous réaliserons en parallèle deux nettoyages par nos propres services à Montreuil et à Aulnay-sous-Bois.

L’objectif est double. Rendre ce département plus accueillant et envoyer un message fort aux habitants comme aux acteurs publics et privés de Seine-Saint-Denis : l’amoncellement des déchets, la détérioration de notre cadre de vie n’est pas une fatalité.

Lettre de Stéphane Troussel, Président du Conseil général, à Monsieur Philippe Galli, Préfet de la Seine-Saint-Denis

Bobigny, le 11 septembre 2013

Monsieur le Préfet,
Je souhaite attirer votre attention sur l’insalubrité des accotements, talus et échangeurs autoroutiers dans le Département.
S’agissant des autoroutes, de leurs bretelles et de leurs dépendances dont la gestion relève de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Équipement et de l’Aménagement Île-de-France (DRIEA), je constate le développement des dépôts d’ordures, parfois de produits dangereux, et l’abandon du nettoiement de ces espaces. Dans de trop nombreux points du Département, les déchets font malheureusement partie du paysage.
Cette situation ne peut plus durer.

Régulièrement les habitants, les acteurs économiques de la Seine-Saint-Denis, nous disent que cela nuit à l’image de notre territoire, à la qualité de la vie qu’on y mène, à l’attractivité de notre département.

Ces réclamations ont d’ailleurs été transmises systématiquement à la DRIEA en sollicitant leur intervention.

Pour sa part, le Département de la Seine-Saint-Denis, très attaché à l’environnement et au cadre de vie des séquano-dionysiens réalise régulièrement des campagnes de propreté telle que celle du 15 septembre 2013, journée nationale de la propreté.

Je souhaite donc, Monsieur le Préfet, que vous me fassiez part des dispositions que vous comptez mettre en œuvre à court terme pour remédier à cette situation qui, au-delà de l’image déplorable qu’elle renvoie, pourrait présenter des risques sanitaires de par la nature des déchets qui s’accumulent.

Dans cette attente et restant à votre disposition, je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, à l’assurance de ma considération distinguée.

JPEG - 4.7 ko
À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

La Fête de l’Huma reste à La Courneuve en 2020

A l’issue d’un travail technique approfondi avec les équipes de la SOLIDEO pour affiner les calendriers des opérations destinées à l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, le Département de Seine-Saint-Denis et la direction du journal l’Humanité sont en mesure d’annoncer qu’une dernière édition de ce grand rendez-vous populaire aura lieu à La Courneuve (93120) sur le site actuel de l’Aire des Vents, propriété du Département de Seine-Saint-Denis.


Le Département de Seine-Saint-Denis s’engage auprès de l’association « Vers Paris sans SIDA »

Le Département de Seine-Saint-Denis a annoncé dimanche 1er décembre à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA un partenariat avec l’association « Vers Paris sans SIDA ». Véritable laboratoire d’innovation, reconnu pour ses résultats à Paris, l’association aidera à renforcer les actions de lutte contre le VIH en Seine-Saint-Denis, deuxième département de France métropolitaine le plus touché par l’épidémie (derrière Paris).


Le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de lutte contre le SIDA

Alors qu’a lieu dimanche 1er décembre la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de prévention à destination du grand public. Un enjeu de santé essentiel pour le deuxième département de France métropolitaine le plus touché par l’épidémie de VIH.


Le Département de Seine-Saint-Denis signe une convention avec le FIPHFP et renforce sa politique emploi-handicap

Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, et Marc Desjardins, Directeur du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), ont signé vendredi 22 novembre une nouvelle convention triennale (2019-2021).


Le Département de Seine-Saint-Denis et CRIT signent une charte en faveur de l’emploi local

Stéphane TROUSSEL, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, et Nathalie JAOUI, Présidente Directrice Générale de CRIT, ont signé mardi 19 novembre une charte en faveur de l’emploi, dans le cadre du salon Handiforum qui se tient à la MC93 de Bobigny. En s’associant encore davantage, CRIT et le Département de Seine-Saint-Denis poursuivent ainsi leurs efforts en faveur de l’emploi local.



Les Départements franciliens et la Ville de Paris ne siègeront plus à la Société du Grand Paris jusqu’à nouvel ordre

Les 7 Départements d’Île-de-France et la Ville de Paris dénoncent les mensonges et refusent le racket organisé par l’Etat et annoncent qu’ils ne siègeront plus au conseil de surveillance de la SGP jusqu’à nouvel ordre !


Le blocage du FS2I par l’administration d’État cache-t-il un chantage du gouvernement ?

En 2019, les 7 Départements d’Ile-de-France ont décidé de la création d’un outil puissant et inédit de développement et de solidarité : le Fonds d’Investissement Interdépartemental d’Ile-de-France, ou FS2I, qui représente plus de 40 millions d’euros pour la Seine-Saint-Denis en 2019. Aujourd’hui, le fonctionnement du FS2I est bloqué par le gouvernement, au détriment de nombreux projets d’intérêt général sur notre territoire. Cette attitude est inacceptable : on ne peut pas « en même temps » exhorter les collectivités à travailler ensemble, et les bloquer quand elles le font.


Prostitution des mineur.e.s : le Département de Seine-Saint-Denis publie une étude inédite

L’observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis a révélé mardi 12 novembre les résultats d’une étude inédite sur la prostitution des mineur.e.s dans le département. Présentée à l’occasion d’une journée professionnelle contre les violences faites aux femmes à la MC93 de Bobigny, cette étude met en avant les problématiques inhérentes à la prostitution des mineur.e.s, les lacunes dans la prise en charge des victimes, et les pistes pour améliorer cette dernière. Elle rappelle plus globalement l’enjeu essentiel de lutter dès le plus jeune âge contre les violences faites aux femmes, alors que les résultats du Grenelle national contre les violences conjugales seront connus fin novembre.


Lancement d’un Budget Participatif « écolo » en Seine-Saint-Denis !

Le Département de Seine-Saint-Denis annonce le lancement de son premier budget participatif, alors que s’ouvrent ce jeudi 6 novembre à Paris les 4èmes rencontres nationales des Budgets Participatifs. Dédié aux enjeux écologiques, ce budget permettra aux citoyen.ne.s de Seine-Saint-Denis de faire émerger dans chaque canton des actions en faveur de l’environnement, financées par le Conseil Départemental.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 420