Débat à l’Assemblée nationale sur le revenu de base : Stéphane Troussel présent pour défendre l’expérimentation

le 29 janvier 2019

L’Assemblée nationale débattra le 31 janvier prochain d’une proposition de loi d’expérimentation du revenu de base.

La France traverse une grave crise sociale. Dans un contexte où s’expriment des attentes fortes en matière de solidarité, ce projet d’expérimentation porte l’espoir d’aider les plus fragiles, de développer l’autonomie des jeunes et de donner du pouvoir d’achat aux travailleurs à bas revenus.

Travaillé pendant plus de deux ans et porté aujourd’hui par 18 départements*, ce projet de réforme socialement audacieux, financièrement soutenable et scientifiquement crédible, porte une vision renouvelée de la protection sociale, au moment où s’engage le grand débat national. Il alimentera la concertation à venir autour de la mise en œuvre du revenu universel d’activité annoncé par le Président de la République.

Ce revenu de base repose sur 3 principes :

- l’inconditionnalité et l’automaticité pour lutter efficacement contre le non recours aux droits (1/3 de personnes éligibles au RSA n’y ont pas accès aujourd’hui)

- la dégressivité pour calculer le montant du revenu de base en fonction des ressources du foyer

- l’ouverture aux jeunes de 18-24 ans qui sont pour la plupart exclus du RSA alors qu’1/4 vivent sous le seuil de pauvreté

Les départements représentés et le rapporteur de la proposition de loi, Hervé Saulignac, vous donnent rendez-vous à la salle de conférence de presse de l’Assemblée nationale pour des interviews et un point presse à l’issue des débats vers 11h30.

Retrouvez la proposition de loi sur le site de l’Assemblée nationale

*Départements engagés dans le Revenu de Base  : Alpes-de-Haute-Provence - Ardèche - Ariège - Aude – Dordogne - Finistère - Haute-Garonne – Gers - Gironde - Hérault - Ille-et-Vilaine - Landes - Loire-Atlantique - Lot - Lot-et-Garonne - Meurthe-et-Moselle – Nièvre - Seine-Saint-Denis.


Contact presse : Antoine DELANGRE-MARINI, conseiller presse du Président – adelangremarini@seinesaintdenis.fr

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380