Création de 800 places pour l’hébergement des Mineurs Non Accompagnés La Seine-Saint-Denis agit concrètement et innove !

le 8 février 2019

Depuis plusieurs semaines maintenant l’Aide Sociale à l’Enfance comme la question de la prise en charge des mineurs non accompagnés (MNA) sont au cœur de l’actualité.

Depuis plusieurs années et loin des projecteurs, le Département, a engagé une politique volontariste en direction notamment des mineurs non accompagnés et ce en dépit du profond désengagement de l’Etat. En effet, en Seine-Saint-Denis, le budget que nous consacrons à la prise en charge des mineurs non accompagnés, dont le nombre a triplé depuis 2015, n’est compensé aujourd’hui par l’Etat qu’à hauteur de 10%. Il serait grand temps que le gouvernement, réponde à nos multiples interpellations et prenne enfin ses responsabilités en soutenant financièremen t les dé partements, comme le nôtre, qui sont en première ligne !

Dans ce contexte budgétaire difficile, le Département continue d’agir concrètement au quotidien pour accompagner ces jeunes qui ont droit à une protection et à un accompagnement. Dans le prolongement de l’ouverture de la cellule d’accueil des mineurs non accompagnés à Bobigny (CAMNA) en septembre dernier, lieu d’accueil unique et dédié pour répondre à leurs besoins, il a lancé un appel à projet destiné à créer 800 places d’hébergements et proposer des solutions d’accueils adaptées à la situation de ces jeunes.

La commission présidée par Frédéric Molossi, vice-Président en charge de l’Enfance et de la Famille, qui examinera ces projets d’hébergements pour la création de 800 places a engagé ses travaux ce vendredi 8 février pour les achever lundi 11 février prochain. Une quinzaine de structures ont répondu à cet appel à projet. Pour la première fois des anciens mineurs non accompagnés seront associés aux travaux de la commission et participeront aux délibérations sur le choix des hébergements.

Stéphane Troussel «  Nous faisons le choix de créer 800 places supplémentaires dédiées à l’accueil digne et adapté des jeunes mineurs isolés et je suis heureux que nous co-construisons cette politique publique avec le retour d’expérience de jeunes eux même ! ».


Contact presse :
Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis / Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380