Conditionnement du RSA : « De la démagogie qui nourrit la suspicion »

le 4 mars 2019

Réaction des présidents des Départements de la Loire-Atlantique, de la Haute-Garonne, de l’Ille-et-Vilaine, de l’Hérault, de Seine-Saint-Denis, du Finistère et de la Gironde aux propos de Laurent Wauquiez.

« Nous tenons à dénoncer fermement les propos de Laurent Wauquiez proposant de conditionner le versement du Revenu de solidarité active (RSA) à des contreparties (bénévolat, travaux d’intérêt général).

N’en déplaise au chef des Républicains, le RSA est un droit. La solidarité de la Nation envers les plus fragiles ne saurait être soumise à des préalables. Plutôt que de s’attaquer aux droits des personnes fragiles, nous invitons M. Wauquiez à nous rejoindre dans notre combat contre le non-recours aux droits puisque, faut-il le rappeler, au moins un tiers des personnes qui peuvent prétendre au RSA n’en font pas la demande…

Au lieu de sombrer dans une démagogie qui nourrit la suspicion, la droite ferait mieux de défendre le principe de solidarité qui permet à chacun, dans notre pays, d’avoir une protection sociale, une assurance chômage et un système de retraite. Soyons fiers du modèle français !

Deux ans et demi après la même proposition émanant du président du conseil départemental du Haut-Rhin, ces nouvelles déclarations, éternelles marottes de la droite la plus libérale et conservatrice, ne sont que des provocations et ne représentent en rien des solutions aux difficultés des chercheurs d’emploi qui, pour l’écrasante majorité, ne souhaitent que retrouver une activité.

Nous, Départements solidaires, prônons plutôt la mise en place de solutions innovantes pour faire reculer la pauvreté et la précarité : Territoire zéro chômeur de longue durée, revenu de base, etc. Nous sommes prêts à les expérimenter et appelons le Président de la République à entendre ces propositions pragmatiques issues des territoires. »

Philippe Grosvalet, président du Département de la Loire-Atlantique
Georges Méric, président du Département de la Haute-Garonne
Jean-Luc Chenut, président du Département de l’Ille-et-Vilaine
Kléber Mesquida, président du Département de l’Hérault
Stéphane Troussel, président du Département de Seine-Saint-Denis
Nathalie Sarrabezolles, présidente du Département du Finistère


Contact presse :Retour ligne automatique
Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis / Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.


0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380