Compensation supplémentaire des dépenses de solidarité

le 17 juillet 2013

L’État et l’Association des Départements de France ont annoncé la création dans la prochaine loi de finances de nouvelles ressources pour compenser les allocations de solidarité nationales (RSA, APA, PCH) à la charge des Départements.

Une bonne nouvelle pour les Départements

Cette annonce va indéniablement dans le bon sens, après des années de déni de la part des gouvernements de droite.

Ce sont ainsi plusieurs années de combat politique mené par le Département de la Seine-Saint-Denis qui commencent à porter ses fruits. Je rappelle ainsi que j’avais défendu dès l’année dernière en loi de finances le principe d’un relèvement des Droits de Mutation à Titre Onéreux (DMTO) qui est aujourd’hui retenu.

Même si ces nouvelles ressources ne couvriront pas encore la totalité des charges réelles supportées par les Départements au titre de la solidarité nationale, l’effort consenti est loin d’être négligeable en période de fortes tensions sur le budget de l’État.

À titre d’exemple, le Département de la Seine-Saint-Denis a inscrit à son budget 2013 plus de 563 millions d’euros pour les allocations de solidarité, en progression de 8,53% par rapport à 2012, dont 384 millions pour le seul RSA.

Mon appréciation définitive se fera dans les prochains mois sur le montant réel de la compensation pour mon Département.

Au-delà de ces annonces positives, je reste donc vigilant et mobilisé sur la question de la répartition de ces financements nouveaux, qui doit d’abord être faite en fonction des charges réellement assumées par chaque département au titre des allocations de solidarité, et en particulier du RSA.

Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 400