Cap Brésil 2014

Stéphane Troussel, Président du Conseil général, participera à un goûter festif avec familles et enseignants avant le grand départ des 16 collégiens pour Rio lundi 23 juin 2014 à 16 heures, à quelques heures seulement de leur départ prévu le soir même.

« Cap Brésil 2014 » est un projet éducatif par le sport mis en place par le collège Nelson-Mandela du Blanc-Mesnil. Ce projet, réfléchi par les élèves et les enseignants depuis deux ans, a pour point d’orgue un voyage scolaire de 7 jours à Rio de Janeiro pour 16 élèves, 8 garçons et 8 filles, de la classe option football, pour la Coupe du Monde de Football au Brésil.

L’initiateur de ce projet, Loïc SZERDAHELYI, est professeur d’EPS, responsable de la Section Sportive Scolaire Football. Il a reçu le prix "égalité filles-garçons" du 7e Forum des enseignants innovants, qui s’est tenu à Bordeaux les 16 et 17 mai.
Caméra à l’épaule, les collégiens vont vivre au rythme de la compétition et aller à la rencontre des brésiliens pour partager avec eux cet événement international. S’ils assisteront au match France-Equateur le 25 juin, leur mission est de réaliser un reportage écrit, photographié et filmé in situ à Rio qui répond à la question : Quels sont les regards des hommes et des femmes, des filles et des garçons, de France, du Brésil et d’ailleurs, sur la Coupe du Monde de Football ?

Des ateliers éducatifs et des sorties scolaires ont été mis en place en amont suivant 3 axes : le projet « Citoyenneté/mixité », valorisant des pratiques innovantes d’égalité entre les sexes, le projet « Reporters en herbe », dédié aux questions du journalisme (écrit, photographié et filmé), le projet « Classe Foot », centré sur l’accrochage/raccrochage scolaire par le sport.

Ce projet a été financé grâce à une subvention du Conseil général s’élevant à 10 000 euros.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 370