Aucun recul sur le Grand Paris Express n’est acceptable

le 26 janvier 2018

Dans le cadre de la réunion de concertation organisée par le premier ministre sur le Grand Paris Express, j’ai exprimé avec Corinne Valls, vice-présidente en charge des Transports et de l’Aménagement, les inquiétudes de la Seine-Saint-Denis. Alors que ce projet fait désormais depuis plusieurs années l’objet d’un fort consensus politique, tant il est attendu par les habitants et indispensable au développement équilibré de l’Ile-de-France, on ne saurait comprendre que le gouvernement décide de le freiner brutalement.

Avec 68 nouvelles gares et plus de 200 km de métro, il s’agit du plus important chantier d’Europe et du chantier du siècle pour notre pays. Rien que pour la Seine-Saint-Denis, ce sont 4 nouvelles lignes de métro.

N’en déplaise à Bercy ou à la Cour des comptes, le Grand Paris Express, ce n’est pas qu’un coût à réduire, c’est un investissement majeur pour l’avenir. C’est une transformation profonde du territoire porteuse de dynamiques, de développement, de mieux-vivre pour les habitants. C’est un rééquilibrage et un rattrapage indispensable pour des territoires trop longtemps laissés à l’écart d’un réseau de transports digne de ce nom. Tous les projets de transports connaissent des aléas techniques, chacun peut le comprendre.

Un recalage brutal du calendrier pour les seules raisons financières serait catastrophique :

- cela remet en cause la logique propre au projet qui fait précisément sa pertinence en cassant le modèle « en étoile » pour faciliter les trajets de banlieue à banlieue ;

- cela remettra en cause de nombreux projets d’aménagements portés par les collectivités, notamment pour atteindre les objectifs de construction de logements ;

- cela retardera encore une fois l’urgence à réduire les inégalités territoriales alors que c’était précisément un des objectifs premiers de ce grand projet de transports ;

- cela nuira à la reprise économique car les investissements publics sont aujourd’hui un des moteurs essentiels de la création de plusieurs milliers d’emplois ;

L’argument financier ne saurait suffire à remettre en cause ces projets, alors que dans le même temps l’État débloque un prêt de plus d’1 milliards d’euros pour permettre aux acteurs privés de construire et d’exploiter le Charles-de-Gaulle Express qui traversera les territoires sans les desservir. Faut-il rappeler que le métro parisien a mis plus de 100 ans à être payé : pourquoi ce qui fut possible hier pour Paris ne serait pas possible aujourd’hui pour la banlieue ?

Dès le mois de décembre, au Conseil de surveillance de la Société du grand Paris, les représentants des collectivités ont voté pour la première fois contre un projet de budget qui n’était pas à la hauteur. Reculer aujourd’hui sur ce projet emblématique et crucial pour l’avenir de la Seine-Saint-Denis serait un très mauvais signal, totalement à rebours des espoirs que nous mettons dans l’organisation des JO 2024. Je demande donc au gouvernement de ne pas remettre en cause ce grand projet et d’en assumer l’ambition.

Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis


Contact presse :
Cabinet présidence du département : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

La Fête de l’Huma reste à La Courneuve en 2020

A l’issue d’un travail technique approfondi avec les équipes de la SOLIDEO pour affiner les calendriers des opérations destinées à l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, le Département de Seine-Saint-Denis et la direction du journal l’Humanité sont en mesure d’annoncer qu’une dernière édition de ce grand rendez-vous populaire aura lieu à La Courneuve (93120) sur le site actuel de l’Aire des Vents, propriété du Département de Seine-Saint-Denis.


Le Département de Seine-Saint-Denis s’engage auprès de l’association « Vers Paris sans SIDA »

Le Département de Seine-Saint-Denis a annoncé dimanche 1er décembre à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA un partenariat avec l’association « Vers Paris sans SIDA ». Véritable laboratoire d’innovation, reconnu pour ses résultats à Paris, l’association aidera à renforcer les actions de lutte contre le VIH en Seine-Saint-Denis, deuxième département de France métropolitaine le plus touché par l’épidémie (derrière Paris).


Le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de lutte contre le SIDA

Alors qu’a lieu dimanche 1er décembre la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de prévention à destination du grand public. Un enjeu de santé essentiel pour le deuxième département de France métropolitaine le plus touché par l’épidémie de VIH.


Le Département de Seine-Saint-Denis signe une convention avec le FIPHFP et renforce sa politique emploi-handicap

Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, et Marc Desjardins, Directeur du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), ont signé vendredi 22 novembre une nouvelle convention triennale (2019-2021).


Le Département de Seine-Saint-Denis et CRIT signent une charte en faveur de l’emploi local

Stéphane TROUSSEL, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, et Nathalie JAOUI, Présidente Directrice Générale de CRIT, ont signé mardi 19 novembre une charte en faveur de l’emploi, dans le cadre du salon Handiforum qui se tient à la MC93 de Bobigny. En s’associant encore davantage, CRIT et le Département de Seine-Saint-Denis poursuivent ainsi leurs efforts en faveur de l’emploi local.



Les Départements franciliens et la Ville de Paris ne siègeront plus à la Société du Grand Paris jusqu’à nouvel ordre

Les 7 Départements d’Île-de-France et la Ville de Paris dénoncent les mensonges et refusent le racket organisé par l’Etat et annoncent qu’ils ne siègeront plus au conseil de surveillance de la SGP jusqu’à nouvel ordre !


Le blocage du FS2I par l’administration d’État cache-t-il un chantage du gouvernement ?

En 2019, les 7 Départements d’Ile-de-France ont décidé de la création d’un outil puissant et inédit de développement et de solidarité : le Fonds d’Investissement Interdépartemental d’Ile-de-France, ou FS2I, qui représente plus de 40 millions d’euros pour la Seine-Saint-Denis en 2019. Aujourd’hui, le fonctionnement du FS2I est bloqué par le gouvernement, au détriment de nombreux projets d’intérêt général sur notre territoire. Cette attitude est inacceptable : on ne peut pas « en même temps » exhorter les collectivités à travailler ensemble, et les bloquer quand elles le font.


Prostitution des mineur.e.s : le Département de Seine-Saint-Denis publie une étude inédite

L’observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis a révélé mardi 12 novembre les résultats d’une étude inédite sur la prostitution des mineur.e.s dans le département. Présentée à l’occasion d’une journée professionnelle contre les violences faites aux femmes à la MC93 de Bobigny, cette étude met en avant les problématiques inhérentes à la prostitution des mineur.e.s, les lacunes dans la prise en charge des victimes, et les pistes pour améliorer cette dernière. Elle rappelle plus globalement l’enjeu essentiel de lutter dès le plus jeune âge contre les violences faites aux femmes, alors que les résultats du Grenelle national contre les violences conjugales seront connus fin novembre.


Lancement d’un Budget Participatif « écolo » en Seine-Saint-Denis !

Le Département de Seine-Saint-Denis annonce le lancement de son premier budget participatif, alors que s’ouvrent ce jeudi 6 novembre à Paris les 4èmes rencontres nationales des Budgets Participatifs. Dédié aux enjeux écologiques, ce budget permettra aux citoyen.ne.s de Seine-Saint-Denis de faire émerger dans chaque canton des actions en faveur de l’environnement, financées par le Conseil Départemental.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 420