Application du Logement d’Abord en Seine-Saint-Denis : l’innovation nécessite des moyens et de la cohérence de la part de l’Etat !

le 1er février 2019

Alors que le 24ème rapport de la Fondation Abbé Pierre rappelle les inégalités révoltantes parmi la population française en matière de logement, la question d’un logement abordable pour toutes et pour tous n’a jamais paru aussi urgente.

En Seine-Saint-Denis, la situation est critique pour une partie de la population. Chaque jour, 9000 personnes sont logées à l’hôtel par le 115-93 par le biais d’un dispositif qui est désormais arrivé à saturation : de 186 000 appels en 2011, la plate-forme en a reçue 1,6 millions en 2016. Aujourd’hui, même les publics les plus fragiles comme les femmes sortantes de maternité ne peuvent plus être prises en charge de manière systématique.

Le Département de la Seine-Saint-Denis, en tant que chef de l’action sociale, porte une vision élargie des politiques sociales et s’emploie à mobiliser toutes ses ressources dans un contexte financier fortement contraint.

Nous portons depuis longtemps des projets innovants afin d’accompagner les habitant.e.s les plus fragiles vers le logement pérenne, à l’instar du Plan départemental d’hébergement alternatif à l’hôtel, la création d’une circonscription de service social dédiée aux publics en errance ou encore la mobilisation du Fonds de Solidarité Logement.

Le gouvernement a donc souhaité apporter une impulsion nouvelle à une politique d’hébergement manifestement à bout de souffle en expérimentant le dispositif « Logement d’abord ». S’il est apparu naturel au Conseil départemental de Seine-Saint-Denis de participer à cette démarche qui consiste à fournir un logement et un accompagnement social aux sans-abris, nous devons aujourd’hui en souligner les limites.

Dans un contexte où le marché du logement est extrêmement tendu, la captation de logements pour alimenter le dispositif relève de la gageure. La pression exercée sur les organismes HLM depuis le début de quinquennat déstabilise le secteur et freine la mise en place de démarches innovantes. De plus, la cohérence de l’action de l’État en Seine-Saint-Denis interroge lorsqu’un d’un côté il propose des voies nouvelles pour loger les sans-abris et de l’autre participe à l’expulsion de plus de 2000 personnes de leurs logements en 2017 ; chiffre sans équivalent en Ile-de-France.

Cette entreprise au long court nécessite un engagement et une cohérence de la part de l’ensemble des acteur.trice.s public.que.s qui fait aujourd’hui grandement défaut.

Stéphane Troussel : « Le succès du Logement d’Abord dans les territoires nécessite un engagement de toutes les parties prenantes et d’une cohérence de l’action de l’État en matière de logement qui manquent cruellement aujourd’hui  »


Contact presse :
Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis / Antoine Delangre-Marini : adelangremarini@seinesaintdenis.fr

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de lutte contre le SIDA

Alors qu’a lieu dimanche 1er décembre la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de prévention à destination du grand public. Un enjeu de santé essentiel pour le deuxième département de France métropolitaine le plus touché par l’épidémie de VIH.


Le Département de Seine-Saint-Denis signe une convention avec le FIPHFP et renforce sa politique emploi-handicap

Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, et Marc Desjardins, Directeur du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), ont signé vendredi 22 novembre une nouvelle convention triennale (2019-2021).


Le Département de Seine-Saint-Denis et CRIT signent une charte en faveur de l’emploi local

Stéphane TROUSSEL, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, et Nathalie JAOUI, Présidente Directrice Générale de CRIT, ont signé mardi 19 novembre une charte en faveur de l’emploi, dans le cadre du salon Handiforum qui se tient à la MC93 de Bobigny. En s’associant encore davantage, CRIT et le Département de Seine-Saint-Denis poursuivent ainsi leurs efforts en faveur de l’emploi local.



Les Départements franciliens et la Ville de Paris ne siègeront plus à la Société du Grand Paris jusqu’à nouvel ordre

Les 7 Départements d’Île-de-France et la Ville de Paris dénoncent les mensonges et refusent le racket organisé par l’Etat et annoncent qu’ils ne siègeront plus au conseil de surveillance de la SGP jusqu’à nouvel ordre !


Le blocage du FS2I par l’administration d’État cache-t-il un chantage du gouvernement ?

En 2019, les 7 Départements d’Ile-de-France ont décidé de la création d’un outil puissant et inédit de développement et de solidarité : le Fonds d’Investissement Interdépartemental d’Ile-de-France, ou FS2I, qui représente plus de 40 millions d’euros pour la Seine-Saint-Denis en 2019. Aujourd’hui, le fonctionnement du FS2I est bloqué par le gouvernement, au détriment de nombreux projets d’intérêt général sur notre territoire. Cette attitude est inacceptable : on ne peut pas « en même temps » exhorter les collectivités à travailler ensemble, et les bloquer quand elles le font.


Prostitution des mineur.e.s : le Département de Seine-Saint-Denis publie une étude inédite

L’observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis a révélé mardi 12 novembre les résultats d’une étude inédite sur la prostitution des mineur.e.s dans le département. Présentée à l’occasion d’une journée professionnelle contre les violences faites aux femmes à la MC93 de Bobigny, cette étude met en avant les problématiques inhérentes à la prostitution des mineur.e.s, les lacunes dans la prise en charge des victimes, et les pistes pour améliorer cette dernière. Elle rappelle plus globalement l’enjeu essentiel de lutter dès le plus jeune âge contre les violences faites aux femmes, alors que les résultats du Grenelle national contre les violences conjugales seront connus fin novembre.


Lancement d’un Budget Participatif « écolo » en Seine-Saint-Denis !

Le Département de Seine-Saint-Denis annonce le lancement de son premier budget participatif, alors que s’ouvrent ce jeudi 6 novembre à Paris les 4èmes rencontres nationales des Budgets Participatifs. Dédié aux enjeux écologiques, ce budget permettra aux citoyen.ne.s de Seine-Saint-Denis de faire émerger dans chaque canton des actions en faveur de l’environnement, financées par le Conseil Départemental.


La « Scène des Fiertés » nouvelle pâtisserie symbole du Département de Seine-Saint-Denis

16 pâtissier.e.s se sont réuni.e.s mercredi 6 septembre à Bobigny au sein des cuisines de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du 93 pour créer LA pâtisserie qui devient un nouveau symbole de la Seine-Saint-Denis. Imaginé par le In Seine-Saint-Denis, la marque territoriale du Département, le concours « Pâtisse ta Seine-Saint-Denis » présidé par Guillaume Gomez, Chef des Cuisines de l’Élysée, a distingué la « Scène des Fiertés ».


Répression du 17 octobre 1961 : Stéphane Troussel demande une journée nationale de commémoration

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, assistera ce matin, jeudi 17 octobre, à l’invitation d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, à l’inauguration d’une stèle commémorative en mémoire des victimes du 17 octobre 1961 à Paris. Il tient à réaffirmer dans ce cadre la nécessité d’aller plus loin dans la reconnaissance par l’État français de ces événements tragiques, en faisant du 17 octobre une journée nationale en hommage aux victimes de la répression.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 410