Appel de Dexia : Maintenant l’État doit choisir son camp !

le 4 avril 2013

« Je considère en premier lieu que cet appel est un aveu de Dexia et une reconnaissance de notre victoire en première instance.

Je ne suis pas vraiment surpris, car cela ne fait que confirmer l’attitude de Dexia depuis le début, qui refuse d’admettre ses responsabilités, celles d’avoir plongé des milliers de collectivités locales dans le piège des emprunts toxiques.

Pour preuve, depuis la décision en première instance du Tribunal de grande instance de Nanterre le 8 février dernier, je n’ai eu aucune proposition sérieuse de la part de Dexia pour sortir de ces emprunts hautement spéculatifs.

Ce qui me surprend en revanche, c’est la persistance d’une attitude hostile aux collectivités alors que l’État est désormais actionnaire majoritaire de la SFIL, dont le but est précisément de sortir des emprunts toxiques.

J’en appelle donc solennellement au Ministre des Finances afin qu’il convainque la Société de Financement Local (SFIL) de reconsidérer sa décision de faire appel.

Maintenant l’État doit choisir son camp : celui des banques ou celui des collectivités locales ! »

Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Loi Bourguignon le 6 mai à l’Assemblée nationale : contre les « sorties sèches » de l’aide sociale à l’enfance, les député.es auront-ils le courage d’agir ?

Aujourd’hui, les enfants et les jeunes de l’aide sociale à l’enfance comme leurs familles, au-delà de l’action volontariste de certains Départements comme celui de la Seine-Saint-Denis - qui accompagne déjà près de 1000 jeunes en contrat « Jeunes majeurs » en y consacrant 20 millions d’euros chaque année -, demandent que la République tienne concrètement et partout en France sa promesse d’égalité. Cela passe par un engagement fort de l’État aux côtés des Départements qui ne peuvent assumer seuls les dépenses de solidarité nationale.



Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380