« Logement d’abord » : une expérimentation utile mais qui doit être confortée dans la durée pour le Département de Seine-Saint-Denis

le 1er octobre 2019

Alors que se tient aujourd’hui mardi 1er octobre à Aubervilliers une journée autour du « Logement d’abord », en partenariat avec Interlogement93, Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, a interpellé l’État sur la nécessité d’agir de manière plus cohérente et globale en faveur du logement des personnes précaires.

En concentrant 23% des prises en charge hôtelières de la région Île-de-France, plus du quart des expulsions nationales, et près d’un.e habitant.e sur trois en situation de sur-occupation de son logement, la Seine-Saint-Denis est au premier rang des collectivités victimes de la saturation des structures d’hébergement d’urgence et de la difficulté d’accéder à un logement pérenne. C’est pour y faire face que le Département de Seine-Saint-Denis a souhaité participer à l’expérimentation du dispositif « Logement d’abord » lancée par le gouvernement dans le cadre du plan quinquennal pour le logement d’abord et la lutte contre le sans-abrisme.

Cette réforme structurelle vise à sortir des réponses construites dans l’urgence en proposant un accès direct au logement avec un accompagnement social adapté aux personnes sans-domicile. Seule collectivité d’Ile-de-France retenue pour cette expérimentation, le Département de Seine-Saint-Denis, en partenariat avec Interlogement 93, a pu loger et accompagner 45 ménages depuis janvier 2019. D’ici la fin de l’année 2020, l’objectif est de loger 300 ménages au titre du « Logement d’abord ».

Des financements à hauteur de 1 503 980 € ont ainsi été débloqués pour la première année, dont 40% assurés par le Département, tandis que 2 163 300 € seront fléchés en 2020 (45% du Département) pour renforcer encore la démarche.

Une expérimentation aux résultats encourageants mais fragilisée par de nombreux freins

Malgré ces signes encourageants, Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, a tenu à rappeler, lors de l’ouverture de la journée des acteur.trice.s du « Logement d’abord » ce mardi 1er octobre à Aubervilliers, la nécessité de lever plusieurs freins majeurs à la mise en place du dispositif. Parmi ces freins, la difficulté à accéder à des logements, notamment dans le parc privé, mais aussi l’explosion du nombre d’expulsions locatives avec recours à la force publique, dont le nombre est passé en 10 ans de 800 à 3000 par an pour la seule Seine-Saint-Denis.

Le Président du Département de Seine-Saint-Denis, accompagné de Nadège Abomangoli, Vice-présidente chargée de la politique de l’habitat et de la sécurité, a ainsi interpellé l’Etat, représenté par Sylvain Mathieu, délégué interministériel à l’hébergement et à l’accès au logement. Il lui a en particulier rappelé le besoin de mobiliser davantage les bailleurs sociaux et le parc privé, mais aussi d’avoir une ligne cohérente sur l’ensemble des actions menées, notamment vis-à-vis du secteur HLM, qui soit réellement au service des plus précaires.

« En proposant une réforme structurelle de l’accès au logement pour les personnes sans-domicile, l’expérimentation « Logement d’abord » a déjà montré sa pertinence, notamment en Seine-Saint-Denis où les besoins sont grands. Mais cette expérimentation ne pourra réellement porter ses fruits sur le terrain que si le gouvernement accélère sur tous les leviers du mal-logement. On ne peut pas d’un côté promettre que les choses vont s’arranger et de l’autre faire grossir la file de ceux qui attendent encore un logement et déstabiliser les bailleurs sociaux qui sont les premiers pourvoyeurs de logements abordables. Il faut se donner les moyens de s’attaquer globalement au cercle vicieux du mal-logement ! » Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis

Les chiffres clés du mal-logement en Seine-Saint-Denis

  • 29% de la population vit sous le seuil de pauvreté
  • 1 quart des ménages expulsés leur logement habite en Seine-Saint-Denis
  • Plus de 6000 ménages reconnus DALO sont en attente d’un logement (sur les 30 000 au niveau de l’Ile-de-France) ; et 3800 nouvelles demandes sont reçues chaque année
  • 65% des logements datent d’avant 1975
  • 30% de la population bénéficient d’aides au logement
  • 110 000 demandes de logements sociaux sont effectuées chaque année, pour 12 000 attributions
  • 9000 personnes sont logées chaque jour à l’hôtel par le 115-93

Contacts Presse

Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis
Grégoire Larrieu / glarrieu@seinesaintdenis.fr / 06 35 84 13 82

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Réforme des retraites : réaction de Stéphane Troussel

Le Premier Ministre a déployé mercredi midi beaucoup d’énergie pour tenter de faire passer la pilule de la réforme des retraites, mais la réalité c’est que, contrairement à sa volonté proclamée de vouloir rassembler les Français.es, il ne cesse de les opposer. Il oppose les générations entre elles tout comme il oppose les salariés du privé et ceux du public.


La Fête de l’Huma reste à La Courneuve en 2020

A l’issue d’un travail technique approfondi avec les équipes de la SOLIDEO pour affiner les calendriers des opérations destinées à l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, le Département de Seine-Saint-Denis et la direction du journal l’Humanité sont en mesure d’annoncer qu’une dernière édition de ce grand rendez-vous populaire aura lieu à La Courneuve (93120) sur le site actuel de l’Aire des Vents, propriété du Département de Seine-Saint-Denis.


Le Département de Seine-Saint-Denis s’engage auprès de l’association « Vers Paris sans SIDA »

Le Département de Seine-Saint-Denis a annoncé dimanche 1er décembre à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA un partenariat avec l’association « Vers Paris sans SIDA ». Véritable laboratoire d’innovation, reconnu pour ses résultats à Paris, l’association aidera à renforcer les actions de lutte contre le VIH en Seine-Saint-Denis, deuxième département de France métropolitaine le plus touché par l’épidémie (derrière Paris).


Le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de lutte contre le SIDA

Alors qu’a lieu dimanche 1er décembre la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de prévention à destination du grand public. Un enjeu de santé essentiel pour le deuxième département de France métropolitaine le plus touché par l’épidémie de VIH.


Le Département de Seine-Saint-Denis signe une convention avec le FIPHFP et renforce sa politique emploi-handicap

Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, et Marc Desjardins, Directeur du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), ont signé vendredi 22 novembre une nouvelle convention triennale (2019-2021).


Le Département de Seine-Saint-Denis et CRIT signent une charte en faveur de l’emploi local

Stéphane TROUSSEL, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, et Nathalie JAOUI, Présidente Directrice Générale de CRIT, ont signé mardi 19 novembre une charte en faveur de l’emploi, dans le cadre du salon Handiforum qui se tient à la MC93 de Bobigny. En s’associant encore davantage, CRIT et le Département de Seine-Saint-Denis poursuivent ainsi leurs efforts en faveur de l’emploi local.



Les Départements franciliens et la Ville de Paris ne siègeront plus à la Société du Grand Paris jusqu’à nouvel ordre

Les 7 Départements d’Île-de-France et la Ville de Paris dénoncent les mensonges et refusent le racket organisé par l’Etat et annoncent qu’ils ne siègeront plus au conseil de surveillance de la SGP jusqu’à nouvel ordre !


Le blocage du FS2I par l’administration d’État cache-t-il un chantage du gouvernement ?

En 2019, les 7 Départements d’Ile-de-France ont décidé de la création d’un outil puissant et inédit de développement et de solidarité : le Fonds d’Investissement Interdépartemental d’Ile-de-France, ou FS2I, qui représente plus de 40 millions d’euros pour la Seine-Saint-Denis en 2019. Aujourd’hui, le fonctionnement du FS2I est bloqué par le gouvernement, au détriment de nombreux projets d’intérêt général sur notre territoire. Cette attitude est inacceptable : on ne peut pas « en même temps » exhorter les collectivités à travailler ensemble, et les bloquer quand elles le font.


Prostitution des mineur.e.s : le Département de Seine-Saint-Denis publie une étude inédite

L’observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis a révélé mardi 12 novembre les résultats d’une étude inédite sur la prostitution des mineur.e.s dans le département. Présentée à l’occasion d’une journée professionnelle contre les violences faites aux femmes à la MC93 de Bobigny, cette étude met en avant les problématiques inhérentes à la prostitution des mineur.e.s, les lacunes dans la prise en charge des victimes, et les pistes pour améliorer cette dernière. Elle rappelle plus globalement l’enjeu essentiel de lutter dès le plus jeune âge contre les violences faites aux femmes, alors que les résultats du Grenelle national contre les violences conjugales seront connus fin novembre.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 420