« Aide-toi toi-même » : la principale leçon aux pauvres du président des riches !

le 9 juillet 2018

Pour Emmanuel Macron s’adressant en monarque au Congrès : « Il faut que s’exprime le projet de la France ». Mais son projet n’est pas le nôtre. Il n’est pas de réduire des aides sociales ni de contraindre les collectivités à faire à sa place avec toujours moins.

Les Départements, chef de l’action sociale, n’ont pas attendu pour faire de l’accompagnement vis-à-vis des personnes en réinsertion. En Seine-Saint-Denis, chaque année, ce sont 24 millions que nous consacrons à notre politique d’insertion (outre les plus de 470 millions d’euros d’allocations par an). Et pourtant, le président Emmanuel Macron nous somme de limiter nos dépenses de fonctionnement à 1,2 % d’augmentation par an, alors même qu’il refuse de payer ce que l’État nous doit en matière d’allocations individuelles de solidarité (AIS) notamment !

Le Président n’en démord pas : « La création de richesses, la prospérité d’une nation, sont le socle sur lequel nous devons nous asseoir ». Nous avons ici une divergence fondamentale de point de vue : pour nous, la France n’est pas une entreprise à but lucratif.

Derrière les grands mots d’État providence et de solidarité, on n’entend en réalité en filigrane que les bonnes vieilles recettes libérales. Quand il incite gentiment les 100 grandes entreprises à se mobiliser, il somme les bénéficiaires des aides sociales à se sortir eux-même de la pauvreté, comme s’ils n’étaient que des citoyens de seconde zone. Les pauvres attendront l’automne ou la Saint Glinglin… tandis que la prochaine cible est déjà dans le viseur : le système de retraites.

Fustiger les « inégalités de destin » n’est pas crédible quand le Président défend un modèle libéral vieux de plusieurs siècles. Où est la cohérence entre les vœux pieux de solidarité et la volonté de réduire drastiquement les politiques publiques ? Parcoursup, enterrement du plan Borloo, hausse des APL ou de la CSG des retraités…les actes contredisent depuis des mois les belles paroles.

Plutôt que de rester tournés vers le passé, nous devons inventer un nouveau modèle, repenser nos solidarités, notre système de protection sociale, en nous inspirant des exemples innovants que l’on constate à l’étranger mais aussi dans nos territoires. Nous sommes ainsi 13 départements à vouloir expérimenter le revenu de base. Monsieur le Président, plutôt que de toujours recycler les vieilles idées, osez nous faire confiance !


Contact presse :
Cabinet présidence du département de la Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Libérons les crayons

Rencontre entre des collégiens de Seine-Saint-Denis et les dessinateurs de Cartooning for peace



Petite enfance : le Département investit pour accueillir plus et mieux

En Seine-Saint-Denis, département le plus jeune de France, la petite enfance est une priorité bien qu’elle ne fasse pas partie des compétences obligatoires de la collectivité.


EURO 2016 : le Département distribue 2000 places aux jeunes de Seine-Saint-Denis.

Dans 23 jours, le lancement de l’EURO 2016 aura lieu en Seine-Saint-Denis. Le Département souhaite que les habitants de la Seine-Saint-Denis et notamment les jeunes soient pleinement acteurs et bénéficient des grandes compétitions sportives internationales que le territoire accueille.


Crèches : défaite de la droite dans son offensive judicaire contre le Département

Le tribunal administratif de Montreuil a débouté, le 13 mai 2016 la ville de Bobigny, c’est une première réponse à l’offensive judiciaire de la droite du département au sujet des crèches.


Le Tzen 3, un projet pour améliorer la mobilité, le cadre de vie et le développement économique

Une semaine avant le lancement de l’enquête publique du projet, Stéphane Troussel participera mardi 10 mai à 12h00 à une visite de présentation du parcours en réalité augmentée qui permettra de constater sur place et en temps réel les transformations à venir de l’espace public grâce au Tzen3.


La revalorisation du RSA rend indispensable un moratoire sur la baisse des dotations aux collectivités qui investissent

Le Premier ministre vient d’annoncer une augmentation de 2% du montant de RSA, en septembre prochain. Si je me félicite de cette annonce pour les allocataires du RSA, je rappelle que le financement du RSA repose encore en grande partie sur les finances des départements.


Le Département s’engage contre l’isolement social des séniors

Mardi 12 avril à 11h, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental et Jean-François Serres, référent national de l’association MONALISA, signeront la charte d’engagement dans la lutte contre l’isolement social, à la Maison des séniors de Clichy-sous-Bois.


Prolongement du T1 : la justice administrative donne -encore - raison au Département

Stéphane Troussel se félicite de la décision du tribunal administratif de Montreuil du 7 avril 2016 qui donne raison au Département concernant la validité des permis de démolir permettant l’avancée du chantier du prolongement du T1 sur la commune de Noisy-le-Sec.


J.O 2024 : la Seine-Saint-Denis veut faire ses jeux !

Lancement de la concertation du territoire et de ses habitants autour du projet de candidature de Paris aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

0 | ... | 190 | 200 | 210 | 220 | 230 | 240 | 250 | 260 | 270 | ... | 420