« Aide-toi toi-même » : la principale leçon aux pauvres du président des riches !

le 9 juillet 2018

Pour Emmanuel Macron s’adressant en monarque au Congrès : « Il faut que s’exprime le projet de la France ». Mais son projet n’est pas le nôtre. Il n’est pas de réduire des aides sociales ni de contraindre les collectivités à faire à sa place avec toujours moins.

Les Départements, chef de l’action sociale, n’ont pas attendu pour faire de l’accompagnement vis-à-vis des personnes en réinsertion. En Seine-Saint-Denis, chaque année, ce sont 24 millions que nous consacrons à notre politique d’insertion (outre les plus de 470 millions d’euros d’allocations par an). Et pourtant, le président Emmanuel Macron nous somme de limiter nos dépenses de fonctionnement à 1,2 % d’augmentation par an, alors même qu’il refuse de payer ce que l’État nous doit en matière d’allocations individuelles de solidarité (AIS) notamment !

Le Président n’en démord pas : « La création de richesses, la prospérité d’une nation, sont le socle sur lequel nous devons nous asseoir ». Nous avons ici une divergence fondamentale de point de vue : pour nous, la France n’est pas une entreprise à but lucratif.

Derrière les grands mots d’État providence et de solidarité, on n’entend en réalité en filigrane que les bonnes vieilles recettes libérales. Quand il incite gentiment les 100 grandes entreprises à se mobiliser, il somme les bénéficiaires des aides sociales à se sortir eux-même de la pauvreté, comme s’ils n’étaient que des citoyens de seconde zone. Les pauvres attendront l’automne ou la Saint Glinglin… tandis que la prochaine cible est déjà dans le viseur : le système de retraites.

Fustiger les « inégalités de destin » n’est pas crédible quand le Président défend un modèle libéral vieux de plusieurs siècles. Où est la cohérence entre les vœux pieux de solidarité et la volonté de réduire drastiquement les politiques publiques ? Parcoursup, enterrement du plan Borloo, hausse des APL ou de la CSG des retraités…les actes contredisent depuis des mois les belles paroles.

Plutôt que de rester tournés vers le passé, nous devons inventer un nouveau modèle, repenser nos solidarités, notre système de protection sociale, en nous inspirant des exemples innovants que l’on constate à l’étranger mais aussi dans nos territoires. Nous sommes ainsi 13 départements à vouloir expérimenter le revenu de base. Monsieur le Président, plutôt que de toujours recycler les vieilles idées, osez nous faire confiance !


Contact presse :
Cabinet présidence du département de la Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Le blocage du FS2I par l’administration d’État cache-t-il un chantage du gouvernement ?

En 2019, les 7 Départements d’Ile-de-France ont décidé de la création d’un outil puissant et inédit de développement et de solidarité : le Fonds d’Investissement Interdépartemental d’Ile-de-France, ou FS2I, qui représente plus de 40 millions d’euros pour la Seine-Saint-Denis en 2019. Aujourd’hui, le fonctionnement du FS2I est bloqué par le gouvernement, au détriment de nombreux projets d’intérêt général sur notre territoire. Cette attitude est inacceptable : on ne peut pas « en même temps » exhorter les collectivités à travailler ensemble, et les bloquer quand elles le font.


Prostitution des mineur.e.s : le Département de Seine-Saint-Denis publie une étude inédite

L’observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis a révélé mardi 12 novembre les résultats d’une étude inédite sur la prostitution des mineur.e.s dans le département. Présentée à l’occasion d’une journée professionnelle contre les violences faites aux femmes à la MC93 de Bobigny, cette étude met en avant les problématiques inhérentes à la prostitution des mineur.e.s, les lacunes dans la prise en charge des victimes, et les pistes pour améliorer cette dernière. Elle rappelle plus globalement l’enjeu essentiel de lutter dès le plus jeune âge contre les violences faites aux femmes, alors que les résultats du Grenelle national contre les violences conjugales seront connus fin novembre.


Lancement d’un Budget Participatif « écolo » en Seine-Saint-Denis !

Le Département de Seine-Saint-Denis annonce le lancement de son premier budget participatif, alors que s’ouvrent ce jeudi 6 novembre à Paris les 4èmes rencontres nationales des Budgets Participatifs. Dédié aux enjeux écologiques, ce budget permettra aux citoyen.ne.s de Seine-Saint-Denis de faire émerger dans chaque canton des actions en faveur de l’environnement, financées par le Conseil Départemental.


La « Scène des Fiertés » nouvelle pâtisserie symbole du Département de Seine-Saint-Denis

16 pâtissier.e.s se sont réuni.e.s mercredi 6 septembre à Bobigny au sein des cuisines de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du 93 pour créer LA pâtisserie qui devient un nouveau symbole de la Seine-Saint-Denis. Imaginé par le In Seine-Saint-Denis, la marque territoriale du Département, le concours « Pâtisse ta Seine-Saint-Denis » présidé par Guillaume Gomez, Chef des Cuisines de l’Élysée, a distingué la « Scène des Fiertés ».


Répression du 17 octobre 1961 : Stéphane Troussel demande une journée nationale de commémoration

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, assistera ce matin, jeudi 17 octobre, à l’invitation d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, à l’inauguration d’une stèle commémorative en mémoire des victimes du 17 octobre 1961 à Paris. Il tient à réaffirmer dans ce cadre la nécessité d’aller plus loin dans la reconnaissance par l’État français de ces événements tragiques, en faisant du 17 octobre une journée nationale en hommage aux victimes de la répression.


La Seine-Saint-Denis ouvre le bassin du Rouailler, infrastructure majeure pour l’assainissement et la « baignabilité » du canal de l’Ourcq et de la Seine

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, Bélaïde Bedreddine, Vice-président en charge de l’écologie urbaine, Paticia Blanc, Directrice Générale de l’Agence Seine-Normandie, et Pierre-Yves Martin, Maire de Livry-Gargan, ont inauguré mercredi 9 octobre à Livry-Gargan (93190) le bassin du Rouailler. Cette immense infrastructure de rétention et de filtrage des eaux marque une avancée majeure pour la lutte contre les inondations dont peuvent être victimes les riverain.e.s, mais aussi pour l’amélioration de la qualité de l’eau du canal de l’Ourcq et de la Seine.


Le Département de Seine-Saint-Denis et l’Education Nationale forment les personnels de collèges à la lutte contre le sexisme

Mardi 8 octobre avait lieu à Bobigny une journée de formation à la lutte contre le sexisme à destination des professionnel.le.s des collèges de Seine-Saint-Denis. Organisée par l’Observatoire départemental des violences envers les femmes, en partenariat avec la Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale de Seine-Saint-Denis (DSDEN), cette journée a permis de donner au personnel des collèges des clés de compréhension et des outils d’aide à destination du public jeune qu’ils encadrent.


Création de la carte Ikaria, pour un accès privilégié à la culture et aux loisirs des seniors en Seine-Saint-Denis

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, s’est rendu vendredi 4 octobre au Nouveau Théâtre de Montreuil à l’occasion du lancement de la carte Ikaria. Cette carte, accessible à l’ensemble des personnes de plus 60 ans résidant en Seine-Saint-Denis, donnera accès à de nombreux avantages au sein des lieux culturels et de loisirs du département.


La Seine-Saint-Denis se dote d’un nouveau Schéma pour l’autonomie des personnes

Le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis a voté jeudi 3 octobre à l’unanimité le nouveau Schéma pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap.


La Seine-Saint-Denis devient le premier département « Territoire accueillant »

La Seine-Saint-Denis est le premier département à rejoindre l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants (ANVITA), fondée en septembre 2018 par le Maire de Grande Synthe Damien Carême. En s’engageant dans cette démarche, la Seine-Saint-Denis réaffirme sa mobilisation en faveur d’un accueil digne sur son territoire des personnes migrantes, et notamment des Mineur.e.s Non Accompagné.e.s (MNA).

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 420