« Aide-toi toi-même » : la principale leçon aux pauvres du président des riches !

Pour Emmanuel Macron s’adressant en monarque au Congrès : « Il faut que s’exprime le projet de la France ». Mais son projet n’est pas le nôtre. Il n’est pas de réduire des aides sociales ni de contraindre les collectivités à faire à sa place avec toujours moins.

Les Départements, chef de l’action sociale, n’ont pas attendu pour faire de l’accompagnement vis-à-vis des personnes en réinsertion. En Seine-Saint-Denis, chaque année, ce sont 24 millions que nous consacrons à notre politique d’insertion (outre les plus de 470 millions d’euros d’allocations par an). Et pourtant, le président Emmanuel Macron nous somme de limiter nos dépenses de fonctionnement à 1,2 % d’augmentation par an, alors même qu’il refuse de payer ce que l’État nous doit en matière d’allocations individuelles de solidarité (AIS) notamment !

Le Président n’en démord pas : « La création de richesses, la prospérité d’une nation, sont le socle sur lequel nous devons nous asseoir ». Nous avons ici une divergence fondamentale de point de vue : pour nous, la France n’est pas une entreprise à but lucratif.

Derrière les grands mots d’État providence et de solidarité, on n’entend en réalité en filigrane que les bonnes vieilles recettes libérales. Quand il incite gentiment les 100 grandes entreprises à se mobiliser, il somme les bénéficiaires des aides sociales à se sortir eux-même de la pauvreté, comme s’ils n’étaient que des citoyens de seconde zone. Les pauvres attendront l’automne ou la Saint Glinglin… tandis que la prochaine cible est déjà dans le viseur : le système de retraites.

Fustiger les « inégalités de destin » n’est pas crédible quand le Président défend un modèle libéral vieux de plusieurs siècles. Où est la cohérence entre les vœux pieux de solidarité et la volonté de réduire drastiquement les politiques publiques ? Parcoursup, enterrement du plan Borloo, hausse des APL ou de la CSG des retraités…les actes contredisent depuis des mois les belles paroles.

Plutôt que de rester tournés vers le passé, nous devons inventer un nouveau modèle, repenser nos solidarités, notre système de protection sociale, en nous inspirant des exemples innovants que l’on constate à l’étranger mais aussi dans nos territoires. Nous sommes ainsi 13 départements à vouloir expérimenter le revenu de base. Monsieur le Président, plutôt que de toujours recycler les vieilles idées, osez nous faire confiance !


Contact presse :
Cabinet présidence du département de la Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Interdiction des contrôles d’identité lors des sorties scolaires Stéphane Troussel soutient la demande de circulaire

Lundi 22 octobre prochain, je serai au Tribunal de Grande Instance de Paris pour soutenir la démarche d’une professeure de Seine-Saint-Denis et de ses anciens élèves qui ont porté plainte pour "discrimination raciale" suite à un contrôle de police survenu au retour d’un voyage de classe. Je soutiens également leur demande de circulaire interdisant les contrôles d’identité pendant les sorties scolaires.


Le tourisme ministériel continue en Seine-Saint Denis : et si on arrêtait la com’ ?

Julien Denormandie sera cet après-midi dans un collège du département. Le tourisme ministériel en Seine-Saint-Denis continue ! Il y là un mépris total du travail engagé avec ce déplacement impréparé, de dernière minute, sans invitation, et sans aucun contact préalable avec le Département. Le sujet est pourtant important : les stages de troisième, une question essentielle dans nos quartiers où la discrimination à l’embauche commence très tôt, et sur laquelle le Département est déjà très engagé avec la plateforme de stages qu’il a mise en place dès 2013.


Prolongement du T1 à Val-de-Fontenay : enfin le projet commence !

Le 18 octobre, au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, a été voté à l’unanimité le protocole de financement du projet de prolongement du T1 à Val-de-Fontenay. Il doit également être présenté en commission permanente de la Région le 21 novembre, en Conseil d’administration du STIF du 12 décembre et en séance du Conseil départemental du Val-de-Marne le 17 décembre 2018.


Le Département engagé dans la lutte contre les inondations et pour la reconquête de la qualité de l’eau

Stéphane Troussel sera présent lors de la grande rencontre « La reconquête de la qualité de l’eau et la baignade en milieu naturel » organisée à Paris le 18 octobre 2018.


Lancement du festival de films « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis

Depuis douze ans, avons lancé le dispositif « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis, avec notre Observatoire départemental des violences envers les femmes. Nous avons accumulé tellement de petites vidéos produites dans ce cadre par des collégiennes et collégiens au fil des années que nous organisons, pour la deuxième année consécutive, un festival de films « Jeunes contre le sexisme ». Rendez-vous pour l’ouverture du festival lundi 8 octobre à 13h30 au Magic Cinéma à Bobigny, ainsi que dans les treize cinémas partenaires qui organiseront des soirées "Jeunes contre le sexisme" pendant plusieurs semaines en Seine-Saint-Denis !
lundi 8 octobre à 13h30


Invitation conférence de presse

Solidarité territoriale en Ile-de-France : Les Départements créent un Établissement Public Interdépartemental pour la mise en œuvre du fond de solidarité et d’investissement interdépartemental. Rendez-vous mardi 2 octobre 2018 à 12h à l’Assemblée des Départements de France.


Plan de mobilisation JOP 2024 du Département de la Seine-Saint-Denis

Le Conseil départemental a adopté un Plan de mobilisation de la Seine-Saint-Denis sur les JOP 2024, pour préparer au mieux l’arrivée des Jeux sur notre territoire. Le Département a également lancé le site de la Fabrique des Jeux en Seine-Saint-Denis, un outil qui offre un cadre de travail et d’échanges aux différents acteurs.



1% artistique : L’exigence culturelle se poursuit en Seine-Saint-Denis

Le Département de la Seine-Saint-Denis, fort d’un développement démographique et économique exceptionnel, souhaite également accompagner le développement culturel de son territoire. D’ici 2020, ce sont 25 collèges ainsi qu’une Maison des Solidarités qui feront découvrir des œuvres inédites aux élèves et habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis, au titre du dispositif dit du "1% culturel". L’ampleur de ce développement artistique dans notre collectivité, unique en France, reflète notre choix d’une politique culturelle ambitieuse.


« Ma santé 2022 » : un plan qui ne soigne pas l’hôpital public ! Des sparadraps pour soigner une hémorragie

Ce matin, Emmanuel Macron a annoncé son plan pour la santé, dévoilé pour grande partie dès hier. Au-delà de la disparition du numérus clausus en 2020, ce plan santé semble s’orienter vers une adaptation de la carte hospitalière plutôt que vers un vrai remède pour remettre sur pied le système de santé français et son homme malade, l’hôpital public.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 340