Accident au collège Didier-Daurat

le 16 octobre 2017

Communiqué suite à l’accident du 12 octobre 2017 qui s’est produit devant le collège Didier-Daurat au Bourget, au moment où l’un des vantaux du portail d’entrée du collège a chuté sur les élèves qui sortaient en nombre à cet instant.

Cet accident a occasionné des blessures sérieuses à deux élèves de 3ème nécessitant leur hospitalisation ainsi que des contusions à deux assistants d’éducation qui sont intervenus pour protéger les élèves.

Le président du Conseil Départemental, Stéphane Troussel ainsi que l’ensemble des élus ont été très émus et ont pris toute la mesure de la gravité de cet accident. Nous avons une pensée particulière pour les familles et les élèves touchés directement et nous leur souhaitons un rétablissement rapide et dans les meilleures conditions. Nous ré-affirmons notre solidarité à toute l’équipe éducative du collège

Alerté, le Département de Seine-Saint-Denis est intervenu immédiatement. En effet, les équipes techniques d’astreinte se sont rendues sur place le plus rapidement possible pour sécuriser le site en mettant en place un gardiennage qui restera actif jusqu’à remise en état du portail. Dès vendredi, une entreprise a été diligentée pour mettre en place des barrières de chantier devant le portail de l’entrée principale élèves et de la cour afin de créer un périmètre de sécurité. Le portillon d’entrée élèves a été renforcé par une entreprise pour assurer l’accueil en sécurité. L’ensemble des accès du collège a été vérifié par les équipes techniques. En complément, un contrôle par un organisme accrédité et différent du bureau de contrôle habituel va être effectué.

Lorsque les équipes constatent des problématiques au sein d’un établissement, nous avons une procédure de remontées des informations qui permet de les traiter le plus rapidement possible si cela met en cause la sécurité des usagers du collège. Lors d’un récent passage des experts du département les 6 et 9 octobre pour faire le point sur les dysfonctionnements à traiter, le portail n’a à aucun moment fait l’objet d’une alerte particulière. Au jour de l’accident, aucun problème n’avait été signalé sur ce portail.

Le Département a activé pour une durée illimitée la cellule psychologique départementale pour ses agents et les services de l’Éducation nationale ont dépêché dès vendredi matin une équipe d’accompagnement psychologique pour les collégiens et l’équipe pédagogique.

Toutes les mesures nécessaires pour sécuriser les personnes ont été et continueront à être mises en œuvre par le Département. À ce jour, nous ne connaissons toujours pas les causes de l’évènement : une enquête a été diligentée par la police et les services techniques départementaux sont mobilisés pour apporter un éclairage sur les raisons de cette chute. Le Département va déposer une plainte contre X afin que toutes les responsabilités soient établies.

Par ailleurs, les services de la direction de l’Éducation du département sont venus échanger avec le personnel de l’établissement et les professeurs dès vendredi midi. M. Troussel et Mme Said-Anzum, président du Conseil Départemental et conseillère départementale du canton se sont rendus également sur place samedi matin et ont échangé longuement avec les parents présents à l’occasion de l’élection des représentants de parents élèves.

En dehors de cet incident, ce collège depuis sa construction a fait l’objet de procédures de dommages-ouvrage vis à vis du constructeur pour des dysfonctionnements liés au bâti (plomberie, infiltrations, électricité…). Le département, a dans ce cadre, activé les clauses de garantie. Néanmoins, la moindre alerte liée à la sécurité des élèves a fait l’objet d’intervention immédiate des services départementaux. Des travaux sont prévus pendant les congés scolaires de la Toussaint. Ils prendront en compte l’ensemble des travaux qui seraient nécessaires au vu des expertises en cours.

Le Département souhaite que ce collège retrouve la sérénité et reste à la disposition de la communauté éducative.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.


Le Seine-Saint-Denis se mobilise pour la Semaine Olympique et Paralympique à l’école

Inscrite de façon pérenne au programme, de l’Éducation nationale, organisée en lien avec le Comité d’organisation des Jeux (COJO) et le mouvement sportif, la Semaine Olympique et Paralympique est proposée chaque année dans toutes les écoles, établissements scolaires et établissements d’enseignement supérieur, pour tous les âges de la maternelle à l’université. Pour cette 3e édition, le Département de Seine-Saint-Denis et ses partenaires s’illustreront encore une fois par leur dynamisme et leur engagement.


Application du Logement d’Abord en Seine-Saint-Denis : l’innovation nécessite des moyens et de la cohérence de la part de l’Etat !

Alors que le 24ème rapport de la Fondation Abbé Pierre rappelle les inégalités révoltantes parmi la population française en matière de logement, la question d’un logement abordable pour toutes et pour tous n’a jamais paru aussi urgente.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380