8 nouveaux contentieux contre les banques

le 18 juin 2013

Avant le terme du délai de prescription, le Département initie 8 nouveaux contentieux sur des produits structurés, porteurs d’un risque important pour la collectivité.

La Caisse française de financement local (CAFFIL), héritière de la banque Dexia CL, est assignée pour 5 emprunts toxiques, portant sur un capital de près de 200 millions d’euros. Ajoutés aux 3 contentieux en cours, c’est donc l’ensemble de l’encours structuré Dexia CL qui se trouve aujourd’hui attaqué par le Département.

Les 3 autres contentieux sont engagés avec Depfa, Crédit Agricole-CIB et Natixis, compte tenu des risques qu’ils présentent (6F dans la charte Gissler).

Conséquence de l’absence de propositions sérieuses de la banque

Le Département n’a cessé d’entretenir le dialogue, avec Dexia CL puis avec la CAFFIL, pour trouver une sortie négociée qui ne lèse pas les intérêts de la collectivité. C’est devant l’intransigeance de la banque et son refus de faire des propositions sérieuses de sortie que le Département se voit aujourd’hui contraint d’engager ces nouvelles actions en justice.

« L’issue du scandale des emprunts toxiques ne doit pas se faire aux dépens des collectivités. Les habitants de la Seine-Saint-Denis ne doivent pas payer les errements spéculatifs des banques. »
Stéphane Troussel, Président du Conseil général

Chiffres clés :

17 contentieux : nombre de contentieux dans lequel est engagé le Département.

377 M€ : montant total des emprunts en contentieux dont 363 avec Dexia.

230 M€ : coût de sortie des emprunts toxiques pour le département de la Seine-Saint-Denis.

70 millions d’euros : emprunts structurés non attaqués, correspondant à des produits en cours de renégociation ou présentant un risque très faible du fait des index utilisés ou de leur durée résiduelle, soit environ 7 % de l’encours de dette total.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Loi Bourguignon le 6 mai à l’Assemblée nationale : contre les « sorties sèches » de l’aide sociale à l’enfance, les député.es auront-ils le courage d’agir ?

Aujourd’hui, les enfants et les jeunes de l’aide sociale à l’enfance comme leurs familles, au-delà de l’action volontariste de certains Départements comme celui de la Seine-Saint-Denis - qui accompagne déjà près de 1000 jeunes en contrat « Jeunes majeurs » en y consacrant 20 millions d’euros chaque année -, demandent que la République tienne concrètement et partout en France sa promesse d’égalité. Cela passe par un engagement fort de l’État aux côtés des Départements qui ne peuvent assumer seuls les dépenses de solidarité nationale.



Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380