3 propositions pour une montée en puissance rapide des emplois d’avenir en Seine-Saint-Denis

le 24 juin 2013

J’ai participé aujourd’hui, aux côtés de Michel Sapin, Ministre du travail et de Jacques Salvator, Maire d’Aubervilliers à une table ronde qui réunissait l’ensemble des acteurs de l’emploi de Seine-Saint-Denis afin de débattre de l’avancement du dispositif des emplois d’avenir sur le territoire.

L’occasion pour moi de dire que les emplois d’avenir sont portés par des acteurs extrêmement sollicités sur un territoire qui concentre de nombreuses fragilités. J’ai attiré l’attention du ministre, notamment, sur les difficultés financières des collectivités.

Malgré tout, le dispositif monte en puissance, avec un taux de réalisation des objectifs de 14% au 15 juin, contre moins de 6% au début du mois de mai. Je me félicite que le nombre de signatures effectives en Seine-Saint-Denis (377) soit ainsi supérieur à tous les autres départements franciliens, à l’exception de l’Essonne.

J’ai également présenté au Ministre les conditions nécessaires à une accélération de la mise en place du dispositif :

La question des moyens est notre première urgence : le financement des missions locales présente des disparités injustifiées. Une mission locale de Basse Normandie reçoit 543 euros pour chaque jeune suivi, soit deux fois plus qu’en Seine-Saint-Denis. Un rééquilibrage s’avère nécessaire.

La réussite des emplois d’avenir ne doit pas uniquement dépendre des acteurs du département : c’est pourquoi je propose une initiative commune qui mobilise les « grands comptes » (La Poste, SNCF, RATP) afin qu’un « droit de tirage » soit réservé dans les futures embauches aux jeunes séquano-dionysiens, à la même hauteur que les objectifs assignés au Département par rapport au reste de la Région (20%).

Toute évolution sur le fond se doit d’être qualitative : faire évoluer le dispositif ne signifie pas nécessairement abaisser les exigences de formation, notamment pour le secteur marchand. Un assouplissement de l’accès, pour les associations, à une dérogation pour une embauche à BAC+3 quand celles-ci embaucheraient dans le même mouvement un jeune sans diplôme, serait une bonne solution.

Président d’une collectivité mobilisée dans la bataille pour l’emploi, j’ai rappelé à Michel Sapin que la Seine-Saint-Denis a besoin des emplois d’avenir. Je suis convaincu que mes propositions, tirées des enseignements du terrain, permettront de renforcer encore la pertinence et l’efficacité de ce dispositif.

Le Conseil général se mobilise pour les emplois d’avenir
Objectif : 150 emplois dont 50 au sein des services départementaux et 100 emplois soutenus dans le secteur associatif.

Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Semaine de la mobilité 2018

la Seine-Saint-Denis engagée pour les mobilités de demain !


Stratégie pauvreté : Vraie ambition, cache-sexe social ou coup d’épée dans l’eau ?

Le Département de la Seine-Saint-Denis pourrait être l’un des dix « territoires démonstrateurs » pour la stratégie pauvreté du président de la République. Si nous partageons les objectifs de cette stratégie et sommes prêts à nous y engager, afin d’offrir aux habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis des politiques sociales toujours plus innovantes, nous posons néanmoins nos conditions. La « stratégie pauvreté » n’exonère notamment pas le gouvernement d’apporter les réponses indispensables à la compensation des allocations individuelles de solidarité ou à l’accueil digne des mineurs étrangers non accompagnés. Alors que ce dernier nous a habitués à une politique pas franchement favorable - c’est un euphémisme - à la réduction des inégalités sociales, nous gardons une distance prudente ainsi qu’une approche critique de tout ce qui pourrait être mis en œuvre.


Les Présidents des sept Départements d’Ile-de-France refusent de participer à l’élection du Président du Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris

L’annonce par l’État du report du Grand Paris Express constituait déjà un recul majeur, caractérisé par un manque flagrant de transparence et de démocratie. Il en va de même de l’élection du nouveau Président de la Société du Grand Paris, en charge du projet, pour laquelle l’État multiplie depuis des mois les manœuvres pour inventer une candidature à sa convenance. Dans ces conditions, les Présidents des sept départements d’Ile-de-France ont décidé de ne pas participer à cette élection mascarade.


Enjeux de la présidence du Conseil de surveillance de la SGP : redonner au Grand Paris Express son ambition et faire primer les intérêts des habitant.e.s sur les arguties financières

Créé sous un gouvernement de droite en 2010, le Grand Paris Express avait « survécu » au changement de majorité présidentielle avec le quinquennat Hollande parce qu’il a été conçu et porté par l’ensemble des élu.es au-delà des clivages politiques. La concertation, l’écoute, la prise en compte des besoins des territoires avaient créé l’unanimité derrière ce projet et fait sa force. Il aura fallu un Gouvernement qui se dit « ni de droite, ni de gauche » pour le remettre en cause.


RENTRÉE 2018 l’éducation 100% concrète

Compétence essentielle des départements, l’Éducation reste plus que jamais la priorité du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis.


Parcoursup : le Président de la Seine-Saint-Denis saisit le Défenseur des droits

Face au maintien d’un système jugé opaque, et suite aux retours de témoignages de lycéen-ne-s via la plateforme du Conseil départemental, Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis, a décidé de saisir ce jour le Défenseur des droits au sujet de la plateforme Parcoursup. Il s’agit de vérifier que le lycée d’origine ne constitue pas un critère discriminant pour les universités dans le choix de leurs étudiant-e-s.


Stratégie pauvreté : le « oui mais... » de la Seine-Saint-Denis

Le Département de la Seine-Saint-Denis a été sollicité pour devenir « territoire démonstrateur » sur la stratégie de lutte contre la pauvreté du gouvernement, malheureusement repoussée à la rentrée. Si les thématiques abordées rejoignent nos engagements en faveur de politiques sociales efficaces et tournées vers l’avenir, nous voulons profiter du passage de la Ministre Agnès Buzyn en Seine-Saint-Denis pour lever certaines de nos inquiétudes concernant les moyens dédiés et les modalités de mise en œuvre de cette stratégie.



Le Département de la Seine-Saint-Denis, la Banque des Territoires et CDC Biodiversité agissent en faveur de la transition écologique, énergétique et de la biodiversité

Stéphane Troussel, président du département de la Seine-Saint-Denis, Marianne Louradour, directrice régionale Ile-de-France de la Banque des Territoires et Jean-Christophe Benoit, directeur du développement et de l’investissement de CDC Biodiversité, ont signé une convention de partenariat en faveur de la performance énergétique du patrimoine public et de la biodiversité en Seine-Saint-Denis.


0 | ... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | ... | 380