1 an de Valérie Pécresse en Ile-de-France : Stéphane Troussel dénonce une politique inégalitaire et conservatrice

1 an après son élection, le bilan de Mme Pécresse marque un désengagement de la Région pour les quartiers populaires, au nom d’une idéologie conservatrice digne du XIXème siècle. Depuis un an, malgré les efforts répétés du Département pour mettre en place une méthode de travail avec la Région, force est de constater que les réponses de la région ne sont que tergiversations, renoncements et coupes budgétaires.

Un grand bond en arrière

"En plein pic de pollution, Valérie Pécresse annonce un plan route de 200 millions d’euros, mais ce plan route ne bénéficiera presque pas à la Seine-Saint-Denis. Seuls 10 millions seraient investis en Seine-Saint-Denis par la Région, contre 35 millions dans la précédente mandature. Pire, alors que le Département vient de faire le choix d’une politique volontariste d’investissement sur les routes départementales afin de transformer les usages et d’améliorer le cadre de vie des habitants, on découvre avec stupéfaction que les projets de requalifications majeurs ne sont pas jugés éligible aux subventions régionales parce qu’ils « restreignent l’emprise de la voiture » ! Mme Pécresse serait-elle climato-sceptique, pour prôner ainsi le tout-voiture à contre-courant de toutes les évolutions des grandes métropoles européennes ?

Inégalitaire : depuis un an, c’est moins pour la Seine-Saint-Denis et les quartiers populaires

Avec Valérie Pécresse, c’est la fin d’une politique volontariste de rééquilibrage en Ile-de-France. L’installation future du siège de la Région en Seine-Saint-Denis ne peut pas être l’arbre qui cache la forêt de décisions remettant en cause l’investissement de la Région dans des projets essentiels et structurants pour la Seine-Saint-Denis.

Depuis un an, la réalité des choix de la nouvelle présidente, ce sont des retards, des renoncements ou des retraits, tant en matière de transports (ligne 15, T1, Tzen3…), mais aussi des financements régionaux en matière de logements ou de politique de la Ville. Ces choix auront des conséquences néfastes et malheureusement concrètes pour la Seine-Saint-Denis et ses habitants.

La fin annoncée par Mme Pécresse du financement majoré à 60% (au lieu de 50%) pour les projets de la Seine-Saint-Denis symbolise particulièrement ce renoncement à un rééquilibrage volontariste qui ne peut être laissé à la seule main invisible du marché. Pour Valérie Pécresse, donner plus à ceux qui ont moins, est un concept qu’elle refuse.

Conservatrice

Enfin, les associations culturelles et de prévention des risques, elles aussi subissent ces choix politiques, par des baisses de subvention massives. L’accès à la culture des habitants des quartiers populaires et la santé des plus pauvres, cela ne semble pas intéresser Mme Pécresse.

On ne compte plus les associations de terrains, les structures d’insertion qui pâtissent de baisses de subventions remettant en cause leurs actions."

Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Le tourisme ministériel continue en Seine-Saint Denis : et si on arrêtait la com’ ?

Julien Denormandie sera cet après-midi dans un collège du département. Le tourisme ministériel en Seine-Saint-Denis continue ! Il y là un mépris total du travail engagé avec ce déplacement impréparé, de dernière minute, sans invitation, et sans aucun contact préalable avec le Département. Le sujet est pourtant important : les stages de troisième, une question essentielle dans nos quartiers où la discrimination à l’embauche commence très tôt, et sur laquelle le Département est déjà très engagé avec la plateforme de stages qu’il a mise en place dès 2013.


Prolongement du T1 à Val-de-Fontenay : enfin le projet commence !

Le 18 octobre, au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, a été voté à l’unanimité le protocole de financement du projet de prolongement du T1 à Val-de-Fontenay. Il doit également être présenté en commission permanente de la Région le 21 novembre, en Conseil d’administration du STIF du 12 décembre et en séance du Conseil départemental du Val-de-Marne le 17 décembre 2018.


Le Département engagé dans la lutte contre les inondations et pour la reconquête de la qualité de l’eau

Stéphane Troussel sera présent lors de la grande rencontre « La reconquête de la qualité de l’eau et la baignade en milieu naturel » organisée à Paris le 18 octobre 2018.


Lancement du festival de films « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis

Depuis douze ans, avons lancé le dispositif « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis, avec notre Observatoire départemental des violences envers les femmes. Nous avons accumulé tellement de petites vidéos produites dans ce cadre par des collégiennes et collégiens au fil des années que nous organisons, pour la deuxième année consécutive, un festival de films « Jeunes contre le sexisme ». Rendez-vous pour l’ouverture du festival lundi 8 octobre à 13h30 au Magic Cinéma à Bobigny, ainsi que dans les treize cinémas partenaires qui organiseront des soirées "Jeunes contre le sexisme" pendant plusieurs semaines en Seine-Saint-Denis !
lundi 8 octobre à 13h30


Invitation conférence de presse

Solidarité territoriale en Ile-de-France : Les Départements créent un Établissement Public Interdépartemental pour la mise en œuvre du fond de solidarité et d’investissement interdépartemental. Rendez-vous mardi 2 octobre 2018 à 12h à l’Assemblée des Départements de France.


Plan de mobilisation JOP 2024 du Département de la Seine-Saint-Denis

Le Conseil départemental a adopté un Plan de mobilisation de la Seine-Saint-Denis sur les JOP 2024, pour préparer au mieux l’arrivée des Jeux sur notre territoire. Le Département a également lancé le site de la Fabrique des Jeux en Seine-Saint-Denis, un outil qui offre un cadre de travail et d’échanges aux différents acteurs.



1% artistique : L’exigence culturelle se poursuit en Seine-Saint-Denis

Le Département de la Seine-Saint-Denis, fort d’un développement démographique et économique exceptionnel, souhaite également accompagner le développement culturel de son territoire. D’ici 2020, ce sont 25 collèges ainsi qu’une Maison des Solidarités qui feront découvrir des œuvres inédites aux élèves et habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis, au titre du dispositif dit du "1% culturel". L’ampleur de ce développement artistique dans notre collectivité, unique en France, reflète notre choix d’une politique culturelle ambitieuse.


« Ma santé 2022 » : un plan qui ne soigne pas l’hôpital public ! Des sparadraps pour soigner une hémorragie

Ce matin, Emmanuel Macron a annoncé son plan pour la santé, dévoilé pour grande partie dès hier. Au-delà de la disparition du numérus clausus en 2020, ce plan santé semble s’orienter vers une adaptation de la carte hospitalière plutôt que vers un vrai remède pour remettre sur pied le système de santé français et son homme malade, l’hôpital public.


Stratégie pauvreté - Et maintenant, des paroles aux actes !

Depuis maintenant plusieurs mois, 19 Départements proposent de tester le revenu de base en le rendant automatique et ouvert aux jeunes. Le président de la République propose aujourd’hui un revenu universel d’activité. Nous sommes prêts et nous voulons même l’ouvrir aux jeunes ; cela s’appelle le revenu de base ! Et cela suppose de considérablement modifier le financement des allocations de solidarités qui repose sur les plus pauvres.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 340